AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 "L'art doit gouverner l'Amour"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Alphonse B. De La Cour
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Prenez un thé et patientez SVP ♥

Nombre de messages : 4746
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 32 ans
Profession: Peintre
Situation Sentimentale: Heureux marié ♥

MessageSujet: "L'art doit gouverner l'Amour"   Sam 20 Nov - 23:17

[petite dédicasse à Greg, qui m'a obligé à faire inspiré ce journal Razz]

Très cher journal,

c'est très étrange de parler de la sorte, après tout, tu n'es pas un journal, tu es un ordinateur spécial adapté pour les aveugles... En fait, en ce moment même, j'ai sûrement l'air d'un parfait idiot, puisque je parle tout seul afin que tu puisse enregistrer mes paroles. Et à dire vrai, je ne sais pas si ce genre de moyen convient pour ce qu'on appelle communément un "journal intime". Mais bon, je n'ai pas le choix. De plus, comme cela, j'entraîne la langue de Shakespeare, mais je pourrais également me souvenir dans les années qui suivent du bonheur que je ressent actuellement.

En effet, il y a de cela quelques jours, j'ai emménagé à New-York city. Bon, tu dois bien t'en rendre compte, puisque je t'ai acheté afin de ne pas être trop "has been" et à la traîne. Et cette ville est vraiment magnifique. Comment je le sais ? Eh bien, il se trouve que les grandes villes américaines abritent aussi des personnes très sympathiques, et pas uniquement des égoïstes et des fous, comme on pourrait le penser. Bon, je concède que j'en ai rencontré, mais je ne vais pas m'attarder là-dessus.

Donc, je me baladais dans la rue, un peu au hasard (non, je ne suis pas fou, j'aime prendre des risques, c'est tout !). Lorsque soudain, je trébuchais sur quelque chose. Il faut croire que la ville n'est pas aussi propre que cela, il devait y avoir un quelconque déchet sur le trottoir, et évidemment, je ne l'ai pas vu... Oui, bon, blague à part. Je me préparais au choc de la rencontre avec le sol, quand soudain une main m'attrapa avant que je puisse même effleurer le sol. Et là, instinctivement, j'ai activé mon pouvoir. Oh, je crois qu'avec la petite frayeur, ce fut un réflexe. Je me vis alors à travers les yeux de mon sauveur.


"Vous n'avez rien, monsieur ?"

Déjà que je n'aime pas trop me voir, si en plus je suis dans une situation gênante comme celle-ci, c'est vraiment peu agréable. Mais la politesse et la gratitude me font outre passer cette gêne, et je remercie chaleureusement la personne qui m'a rattrapé. C'est alors que, pour la première fois, je vis New-York. Je me vis moi-même entouré de milliers d'autres gens, entouré d'immeubles gigantesques. Et je les voyais très clairement. Je pouvais même dire que le jeune homme qui passait un peu plus loin (et qui était fort charmant d'ailleurs) portait une chemise à carreau et semblait bien pressé.

Mais je restai ébahi devant la beauté de cette cité, tellement ébahi que je ne voulais plus lâcher mon sauveur, afin de pouvoir voir encore et encore cette vue magnifique. Je crois que je vais me plaire ici, journal (ou ordinateur, comme tu préfères...). Il faut vraiment que je découvre mieux cette ville, je sens que c'est ici que mon art pourra pleinement se développer. Enfin, il faudra d'abord que je trouve des personnes qui voudront bien me tenir la main. Mais j'ai confiance, je sais à présent qu'il y a des gens prêts à rattraper un pauvre aveugle qui se casse la figure dans la rue. Oui, les gentils existent.

Nous en venons donc à la conclusion du jour: je dois absolument avoir des relations avec des gens d'ici. Amitié, bien sûr; amour, peut-être; Ennemis, sûrement. Mais chaque point de vue sera une nouvelle brique à mon édifice. Et je frémis d'avance à l'idée de telles perspectives ! Quand est-ce que je commence ?

_________________

I'm a phoenix in the water
A fish that's learned to fly
 'Cause they say home is where your heart is set in stone, is where you go when you're alone, is where you go to rest your bones. It's not just where you lay your head, it's not just where you make your bed. As long as we're together, does it matter where we go?

Just click ♥


Dernière édition par Alphonse B. De La Cour le Dim 30 Sep - 12:49, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alphonse B. De La Cour
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Prenez un thé et patientez SVP ♥

Nombre de messages : 4746
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 32 ans
Profession: Peintre
Situation Sentimentale: Heureux marié ♥

MessageSujet: Re: "L'art doit gouverner l'Amour"   Sam 4 Déc - 20:21

-Sans titre-

Minuit, et sûrement la lune scintille,
les étoiles chantent dans l'infinie noirceur
Et le vent doit d'une manière si gentille
faire virevolter les feuilles avec douceur

Moi qui ne peut que les entendre ici-bas
Je suis assis à ma fenêtre, et contemple
Contemple en rêvant la noirceur qui s'abat
Je semble bien, à l'abri dans mon cher temple

Hélas ! Tant de choses manquent à mon pauvre cœur
En cette triste nuit sans aucune chaleur
Et mon âme pleure, pleure sans s'arrêter

Ces yeux absents, que je rêve d'apercevoir,
Qui mirent le rêve dans ma réalité
Oh pourquoi, pourquoi ne puis-je pas les revoir ?


_________________

I'm a phoenix in the water
A fish that's learned to fly
 'Cause they say home is where your heart is set in stone, is where you go when you're alone, is where you go to rest your bones. It's not just where you lay your head, it's not just where you make your bed. As long as we're together, does it matter where we go?

Just click ♥


Dernière édition par Alphonse B. De La Cour le Mar 25 Sep - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alphonse B. De La Cour
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Prenez un thé et patientez SVP ♥

Nombre de messages : 4746
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 32 ans
Profession: Peintre
Situation Sentimentale: Heureux marié ♥

MessageSujet: Re: "L'art doit gouverner l'Amour"   Mer 20 Avr - 20:45

Clap clip clap, petite pluie d'avril
Tombe du ciel en jolis diamants
Clap clip clap, petite pluie d'avril
Ta mélodie est un enchantement
Enchantement, enchantement
Clip clap clip clap

Clap clip clap, quand le ciel se voile
Ton gai refrain met du bleu dans le cœur
Clap clip clap, giboulée d'étoiles
Peint l'arc-en-ciel aux couleurs du bonheur
Comme elle est jolie ta musique

Clap clip clap, petite pluie d'avril
Larmes de joie, symphonie de cristal
Clap clip clap, petite pluie d'avril
Dans la forêt tu donnes un récital
Clap clip clap



Qu’il est agréable de sentir la pluie de printemps tomber sur sa peau. Comme une vague qui balaie tout ce que l’hiver a pu accumuler et qui libère notre corps de toutes ces contraintes qu’il a subit durant de longs mois. N’est-il pas merveilleux de se dire que tous les printemps, nous renaissons à nouveaux ? N’avons-nous pas cette impression de se sentir revivre à nouveau maintenant que les beaux jours approchent ? Peut-être est-ce juste moi. Peut-être que les autres ne ressentent pas la même chose. Je dois sans doute paraître bien étrange, à être là, debout devant mon immeuble, la tête levée vers le ciel, appréciant ce que beaucoup de gens fuient à grands coups de parapluies. Cela ne fait rien, je ne suis pas à ça près.

Clap clip clap. Un doux parfum flotte dans les airs. Il doit y avoir une glycine en fleurs pas très loin d’ici. Clap clip clap. Pourquoi les gens n’apprécient-ils pas la pluie ? Je me le demande bien. Moi qui ne peux que la sentir et l’entendre, elle m’a toujours apparu comme quelque chose de mystérieux, mais néanmoins fascinant. Clap clip clap. J’ai toujours aimé la pluie. Je suis un stupide et incorrigible romantique, il faut croire. Qu’à cela ne tienne, je reste là sous l’averse et j’attends.

Est-ce toi qui fais tomber cette pluie ? Je crois qu’il faudrait mieux que tu ne m’en dises jamais rien. Je serais fort capable de rester jours et nuits dehors, à sentir cette part de toi tomber du ciel dans mes bras. Sous la pluie, la tienne, durant des heures et des heures, jusqu’à en tomber malade, jusqu’à ne plus pouvoir tenir debout. C’est si stupide, c’est tellement moi, mais je n’y pourrais rien. C’est toi après tout.

Je t’aime. J’aime tes gestes, même si je ne peux les voir. J’aime les expressions de ton visage, même si je ne peux pas les voir. J’aime ton sourire, même si je ne peux pas le voir. J’aime tout ce qui fait que tu es toi. Mais ce que j’aime le plus, je l’avoue, c’est tout ce qui n’a pas besoin d’être vu. Tes doigts qui effleurent ma peau, tes lèvres contre les miennes, ton souffle dans mon cou, ta voix qui me prend par surprise. Tout ce que je peux ressentir de toi, tout ce qui me prouve que tu bien là à côté de moi. Pris dans un rêve, j’ai besoin de m’accrocher à la réalité, à quelque chose de tangible pour vraiment y croire. Je peux sembler si bizarre parfois, me pardonnes-tu ?

Clap clip clap petite pluie d’avril. Je t’attends

_________________

I'm a phoenix in the water
A fish that's learned to fly
 'Cause they say home is where your heart is set in stone, is where you go when you're alone, is where you go to rest your bones. It's not just where you lay your head, it's not just where you make your bed. As long as we're together, does it matter where we go?

Just click ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alphonse B. De La Cour
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Prenez un thé et patientez SVP ♥

Nombre de messages : 4746
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 32 ans
Profession: Peintre
Situation Sentimentale: Heureux marié ♥

MessageSujet: Re: "L'art doit gouverner l'Amour"   Ven 19 Aoû - 18:46



« On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime.
Des paroles, un repos, du plaisir.
Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque »
Christian Bobin


La pluie, précurseur d’un orage d’été, tombait à grosses gouttes sur le toit en imitant le bruit crescendo d’un tambourin. Et étant donné sa brusque et rapide apparition après les lourdeurs d’une journée estivale, le tonnerre ne devait pas être loin. Sublime et pitoyable ironie du sort. La chance –ou la malchance, je ne saurais dire- avait fait que j’étais rentré à temps au manoir pour éviter l’averse qui s’abattait à présent sans pitié sur mes terres. Mes terres… Qu’il est étrange d’appeler ainsi des parcelles de forêts, champs, vergers, habitations qui, dans mon esprit, lui ont toujours appartenus à lui. Et je n’avais pas souvenirs que ces terrains soient aussi… vastes. Depuis mon arrivée ici, je n’ai fait que les parcourir, remplir des centaines de papiers de formalités, visiter les locataires, discuter pendant des heures avec la famille et les avocats, et en fin de journée, m’effondrer de fatigue sur mon lit, dormant d’un sommeil sans rêves. Toutes les journées se ressemblent et défilent devant moi comme une éternelle routine, et je ne saurais dire si cela fait trois, quatre ou cinq jours que je subis le même quotidien. Comme si le temps s’amusait à faire une boucle sur lui-même. Et même la météo inchangées contribue à ce sentiment de monotonie.

Les seuls instants où je peux penser un peu et prendre du repos, je les passe devant le téléphone, en me déchirant intérieurement. Appeler, ou ne pas appeler ? Mais le temps que je prenne une décision, une autre tâche requiert ma présence et je dois déjà retourner à ma ronde interminable. Et puis, aujourd’hui, voilà que je tombe sur ce vieil enregistreur qui faisait office de journal à l’époque où je vivais encore ici. Mais, même mes rêves innocents d’autrefois n’ont réussi à me faire espérer à nouveau. Tout n’est que… vide. Et c’est peut-être pour cela que j’ai décidé d’écrire une nouvelle page de ce journal. Ou peut-être pas, peut-être avais-je simplement besoin de parler. Peut-être cela me libèrera quelque peu du poids que je porte, ou au contraire, l’alourdira encore plus. Dans les deux cas, cela me fera quelque chose. En pire ou en bien, tant que je peux ressentir d’une quelconque manière ce que je n’ai pu extérioriser, c’est là ma seule demande. Puisse-t-elle être exhaussée.

Il pleut toujours de l’autre côté de la fenêtre, douce mélodie de la mélancolie. Et pourtant, je sais qu’il n’y a qu’une seule et unique personne à blâmer : moi-même. Pour ma lâcheté, pour ma stupidité, pour mon manque de recul, pour ma détresse, pour tout. Mais surtout, et c’est bien la pire faute que j’ai jamais pu commettre : pour l’avoir abandonné. Dans tous les sens du terme. Tous les mots du mondes ne pourront jamais exprimer combien je m’en veux. Et toutes les souffrances que j’ai pu endurer jusqu’ici ne sauraient racheter ce serait-ce que le centième de cette erreur. Et je ne parler même pas de tous ceux que j’ai laissés derrière moi. Il me semble que je ne vis plus, mais que j’erre dans un océan de solitude exempt de tout sens. Mais, au plus profond de cet état irréel dans lequel je suis plongé depuis un temps indéfinissable, quelque chose a pu faire surface vers la lumière.

Aujourd’hui, je devais régler les détails de la succession d’une partie des biens de mon père. Entre disputes et crises familiales pour récupérer tel ou tel objet de valeur et auxquelles je ne prête qu’une oreille absente, l’avocat m’a finalement remis une boîte qui m’était expressément destinée. Et quand je l’ai ouverte, j’ai enfin compris. J’ai sans doute dû pleurer, puisque l’on m’a proposé de prendre une pause de quelques instants pour moi. Et c’est bien ce que j’ai fait, et c’est ainsi que j’ai remis la main sur ce fameux journal.



Tu me manques Logan. Bien plus que ce que j’aurais pu l’imaginer, bien plus que ce qu’il est possible de concevoir. Tu me manques, à tel point que cela en écrase tous mes autres sentiments. Tu me manques, tu me manques…

_________________

I'm a phoenix in the water
A fish that's learned to fly
 'Cause they say home is where your heart is set in stone, is where you go when you're alone, is where you go to rest your bones. It's not just where you lay your head, it's not just where you make your bed. As long as we're together, does it matter where we go?

Just click ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alphonse B. De La Cour
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Prenez un thé et patientez SVP ♥

Nombre de messages : 4746
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 32 ans
Profession: Peintre
Situation Sentimentale: Heureux marié ♥

MessageSujet: Re: "L'art doit gouverner l'Amour"   Ven 27 Avr - 22:05




"Je veux faire avec toi
ce que le printemps fait avec les cerisiers"

Pablo Neruda

_________________

I'm a phoenix in the water
A fish that's learned to fly
 'Cause they say home is where your heart is set in stone, is where you go when you're alone, is where you go to rest your bones. It's not just where you lay your head, it's not just where you make your bed. As long as we're together, does it matter where we go?

Just click ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alphonse B. De La Cour
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Prenez un thé et patientez SVP ♥

Nombre de messages : 4746
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 32 ans
Profession: Peintre
Situation Sentimentale: Heureux marié ♥

MessageSujet: Re: "L'art doit gouverner l'Amour"   Mar 25 Sep - 19:29




"Je suis plein du silence assourdissant d'aimer"
Aragon

_________________

I'm a phoenix in the water
A fish that's learned to fly
 'Cause they say home is where your heart is set in stone, is where you go when you're alone, is where you go to rest your bones. It's not just where you lay your head, it's not just where you make your bed. As long as we're together, does it matter where we go?

Just click ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "L'art doit gouverner l'Amour"   Aujourd'hui à 17:34

Revenir en haut Aller en bas
 

"L'art doit gouverner l'Amour"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Journaux Intimes-