AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 "Le trou aux rats"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité



MessageSujet: "Le trou aux rats"   Lun 15 Nov - 23:30

    Vraiment...est-ce que je suis réellement en train de rédiger un journal intime ? Qu'ai-je de si lourds à porter pour l'avouer à des pages ternes ? Qu'est-ce qui peut bien motiver une demie-sauvage à s'arrêter sur un bloc de pages blanches ? Je ne suis rien, je n'ai pas d'histoire, ni de famille. Je n'ai pas de souvenir particulier à faire partager, pas d'objet pour lequel je tiens d'importance...Toutes mes richesses, c'est dans mon coeur que je les conserve.

    Je pourrais aisément parler de ma chèvre Djali ? C'est une créature merveilleuse et très intelligente. Je n'exagèrerais pas si j'affirmais qu'elle possède plus de facultés que certains hommes...Elle m'accompagne lors de mes numéros, elle est si drôle et divertissante qu'elle est devenue la mascotte de la troupe. Tous les enfants se ruent sur elle quand leurs parents les quittent un bref instant de leur attention...C'est les rires pures de la jeunesse avant la foudre des serments des vétérans...

    Et Clopin...Clopin c'est mon frère, mon Autre, ma moitié...existe t-il un mot sur terre susceptible d'exprimer justement ce qu'il représente pour moi ? Non je ne pense pas...j'ai pourtant cherché, même avec mes difficultés à manier les mots...

    Mais qu'est-ce que je fais là...j'ai l'impression de faire une autobiographie de moi...et pourtant, c'est avec une facilité déconcertante que je m'y prête...j'en viens même à écrire mes raisonnements...A quoi dois-je ce changement ? A Lui ? Oh et puis à quoi bon se torturer l'esprit à chercher le pourquoi du comment...c'est comme ça c'est tout. Ce n'est pas un mal que j'ouvre de temps en temps mon esprit. Tout ce dont je sais, c'est que je me sens bien...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Lun 15 Nov - 23:59


    Décidément j'y prends goûts. Et plus ma bouche dit non et plus mes doigts disent oui...Mais aujourd'hui...oh aujourd'hui...c'est pour Lui que j'ai dansé, pour Lui que j'ai chanté...Cette chanson est pour nous car il a su éveiller en moi des choses qui m'étaient encore inconnues...
DUEL AU SOLEIL

Satanée pleine lune rousse triangle des Bermudes
J'fais rimer latitude solitude et incertitude
Entre deux surprises parties tu m'as surpris t'es partie
Seul je suffoque dans cette jungle ça m'rend dingue t'es partie

J'fais un vœu le feu d'un duel au soleil

Je rêve d'un duel avec toi
Prise au piège tu te rendras
Provoc et duel avec toi

L'horizon s'éclaircit sublime le soleil s'est levé

Dans le rôle du rebelle des sables enfin tu apparais
Défiant toutes tes attitudes dans les dunes caché
Je n'te laisserai aucune chance pas de chance

J'fais un vœu le feu d'un duel au soleil

Je rêve d'un duel avec toi
En haut d'la falaise tu viendras
Provoc et duel avec toi
Me donner la fièvre au soleil
En haut de la falaise rebelle
Je veux un duel avec toi
Duel au soleil contre moi
Duel au soleil contre moi

Choix des armes arme blanche ta préférence

A ta guise ton regard qui s'aiguise insolent

J'fais un vœu le feu d'un duel au soleil

Je rêve d'un duel avec toi
En haut de la falaise rebelle
Provoc et duel avec toi
Me donner la fièvre au soleil
En haut de la falaise rebelle
Je veux un duel avec toi
T'es prise au jeu tu te rendras
Duel au soleil contre moi
Duel au soleil contre moi
Duel au soleil contre moi...


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mer 17 Nov - 7:18



Infernale...Bacchanale...l'enfer noircit ma chaire du péché, du désir, le ciel doit me punir...


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mar 12 Juil - 19:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Jeu 24 Mar - 6:49



Voilà que je m'étais éloignée de ces notes, la poussière qui les recouvre me fait presque de la peine. Je pensais m'être suffisamment exprimée et là, ce matin, j'en éprouve à nouveau le besoin, tourmentée par un rêve qui me hante tant il est terrible...J'ai rêvé de mon départ, que je quittais tout pour tout recommencer...

Buvez pages, buvez l'encre de mon rêve...partage avec moi cette peine...cette fantaisie qui m'a plus d'une fois traversée le cœur et l'esprit...Moi la gitane convoitée, haït, méprisée, désirée...Ne serait-ce pas là acte de charité que de délivrer le peuple de ma présence ?

--------------------------------------------------

"Mes chers gitans je pars, je vous aime mais je pars. Vous n'aurez plus de Reine ce soir. Je n' m'enfuie pas je vole, comprenez bien je vole sans fumée sans alcool je vole, je vole…

C'est jeudi il est 6 heures 42, j'ai bouclé une petite valise et je traverse doucement la Cour des Miracle endormie. J'ouvre la porte d'entrée en retenant mon souffle et je marche sur la pointe des pieds comme les soirs où je rentrais après minuit pour ne pas qu'ils se réveillent. Hier soir à table, j'ai bien cru que Clopin se doutait de quelque chose. Il m'a demandé si j'étais malade et pourquoi j'étais si pâle, j'ai dis que j'était très bien, tout à fait clair. Je pense qu'il a fait semblant de me croire puis il m’a souri…

En passant à côté de Sa voiture j'ai ressenti comme un drôle de coup. Je ne pensais pas que ce s'rait si dur et si grisant un peu comme une aventure en plus déchirant. Oh surtout ne pas se retourner…s'éloigner un peu plus…Il y a la gare et après la gare il y a l'Atlantique et après l'Atlantique…

C'est bizarre cette espèce de cage qui me bloque la poitrine ça m'empêche presque de respirer. Je me demande si tout à l'heure les membres de ma troupe, Djali, le Juge, Phoebus ou même cet incorruptible Inspecteur se douteront que je suis en train de pleurer ? Oh surtout ne pas se retourner ni des yeux ni de la tête, ne pas regarder derrière seulement voir ce que je me suis promis et pourquoi et où et comment ! Il est 7 heures moins 5, je me suis rendormie dans ce train qui s'éloigne un peu plus…Oh surtout ne plus se retourner. Jamais…


Mes chers amours je pars, je vous aime mais je pars. Vous n'aurez plus de Sorcière ce soir. Je n' m'enfuie pas je vole, comprenez bien je vole sans fumée sans alcool je vole, je vole..."


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mar 12 Juil - 18:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mer 30 Mar - 7:35



Sur une note de papier, quelques mots effacés, barrés, raillés. Des mots de colère, d'amour, de passion. Un refoulement de sentiments inévitables...

Je hais cet ange noir que tu es...
Je porte encore cette entaille que tu m'as fais...
Et je transpire de tout mon sang...
Ma passion de toi et ma rage autant...
Garde tes mots et tes présents...
Je les méprise autant que tu me mens...
J'implore qu'on brise les chaînes qui m'attachent a toi...
Car pourtant je t'aime...

Tous autour de moi me crient le vrai...
Les yeux bandés pour toi, même si je sais...
Passable sermon...
Je souris pardon...
Vos mots, votre pitié, n'atteignent pas mon être aliéné...

*déchire ces notes incohérentes...*


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mar 12 Juil - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Sam 2 Avr - 10:46



J'aimerai tant savoir souffler comme le vent sur ton doux visage. Faire partir le noir disparaître le temps casser les nuages. Parler même tout bas juste pour toi et moi, des petits riens, mais là-bas au loin...tu nages. Tu nages sans t'arrêter dans les eaux profondes quelque part. Tu nages pour ne pas couler ici bas, c'est déjà le soir. Et moi j'attends sur le pont impuissante et seule si souvent, moi qui n'aime que ta voix. Petit point sur l'horizon, j'ai peur qu'un jour tu ne reviennes pas…

J'aimerai tant savoir souffler comme le vent sur ton beau visage. Faire se lever l'espoir, les richesses d'avant, nos plus belles pages. Parler même tout bas juste pour toi et moi, tu te souvient mais là-bas, au loin…tu nages...

Tu nages...
Tu nages...


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mar 12 Juil - 10:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mer 6 Avr - 7:06



Si j'avais le temps je viendrai te donner mes heures et si j'avais le temps, je viendrai t'amener ailleurs. Je te prendrai dans mes bras, je t'accrocherai à moi, à mon cœur. Mais si seulement j'avais le choix d'être ailleurs que loin de toi, ailleurs...Oh mon ange, je passerai mes nuits autour de toi, mon ange, je viendrai te porter...

Si je savais comment te protéger vraiment dans un monde à l'envers, nos âmes en un repère. Et si jamais la vie te ramène ici, j'effacerai tes colères, je ferai tout pour te plaire...

Et s'il te prend l'envie de venir jusqu'ici je tairai mes colères, je ferai tout pour te plaire...

Si jamais la pluie te dépose ici, j'te promets la lumière, je donnerai tout pour te plaire...


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mar 12 Juil - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mer 6 Avr - 7:11



Je veux savoir pourquoi, pour qui, comment pouvoir donner un sens à ma vie. Un jour, trouver la vérité, l'étincelle, grandir et bousculer le ciel. A chaque pas il y a ces questions qui dansent, la réponse est là, c'est comme un cri d'urgence.

Aimer la vie simplement, je voudrais prendre le temps. Voir le soleil sur ta peau, simple désir, simples mots...Regarde et arrache tous ces grains de bonheur, juste apprécier l'instant avec son cœur. Aimer la vie simplement et caresser la pluie, le vent. Aimer la vie autrement, laissez moi prendre le temps. Voir la misère de plus haut, l'amour comme une seconde peau, simple désir, simples mots...

Je veux...


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mar 12 Juil - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 8 Avr - 7:58

*Sur les rivages d'une plage, le regard porté sur l'horizon, précisément là où le ciel et la mer fusionne en un seul et même tout. Quelques feuilles trainaient sur les genoux de la belle en proie à la mélancolie.*

Il est des heures, où les ombres se dissipent, la douleur se fige. Il est des heures, où quand l'être s'invincible, la lèpre s'incline. Mais si j'avais pu voir qu'un jour je serai qui tu hantes, qu'il me faudrait là, ton souffle pour vaincre l'incertitude, écrouer ma solitude. Il est des heures, où les notes se détachent, les larmes s'effacent. Il est des heures, où quand la lune est si pâle, l'être se monacale mais j'erre comme une lumière que le vent à éteinte. Mes nuits n'ont plus de paupières pour soulager une à une mes peurs de n'être plus qu'une...


Je n'ai pas le temps de vivre quand s'enfuit mon équilibre. Je n'ai pas le temps de vivre...Aime-moi, entre en moi, dis-moi les mots qui rendent ivre, dis-moi que la nuit se déguise. Tu vois, je suis comme la mer qui se retire de n'avoir pas su trouver tes pas...

Il est des heures, où mes pensées sont si faibles, un arbre sans veine. Il est des heures où l'on n’est plus de ce monde, l'ombre de son ombre... Dis, de quelle clef ai-je besoin pour rencontrer ton astre ? Il me faudrait là, ta main pour étreindre une à une mes peurs de n'être plus qu'une...

Je n'ai pas le temps de vivre quand s'enfuit mon équilibre. Je n'ai pas le temps de vivre...Aime-moi, entre en moi, dis-moi les mots qui rendent ivre, dis-moi que la nuit se déguise. Tu vois, je suis comme la mer qui se retire de n'avoir pas su trouver tes pas...

*elle écouta le chant des vagues s'écraser avec douceur et grâce sur la côte et s'allongea sur le sable, l'émeraude de ses yeux se mêlant au visage céruléen du ciel.*
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 8 Avr - 19:48

>

"Ce n’est pas le genre de retrouvailles
Prends le dessus et qui sait ce que tu pourrais trouver
Je ne confesserai pas tous mes péchés
Tu peux parier que j'essaierai
Mais tu ne peux pas toujours gagner

Parce que je suis une bohémienne
Mais est-ce que tu viens avec moi ?
Il se pourrait que je vole tes vêtements et que je les porte s’ils me vont bien
Je n’ai jamais passé d’accord, tout comme une bohémienne
Et je ne changerai pas parce que la vie m’a déjà trop fait souffrir
"


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mer 15 Juin - 10:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 15 Avr - 20:53

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mar 24 Mai - 16:38

    Crois-tu que je suis Ange... ou Démon?
    C'est mon secret...


    Personne ne sait ce que vraiment je suis
    Quand se glisse à mon cou le collier de tes mains
    Cette parure éphémère trop serrée à mon goût
    Mon souffle vient à manquer
    Voila tu la dénoues
    Je glisse dans tes bras, me voila à tes pieds
    Plus morte que de raison
    Mon Ange, mon Démon



    Oui c'est un coup de foudre
    Tu es tombé du ciel
    Et en m'ôtant la vie, tu m'as donné des ailes
    Je suis Ange et Démon et suis prête à me battre
    Et toi tu bats de l'aile et tombe en pâmoison


    Les portes de l'enfer et celles du paradis
    Ne savent pas encore vraiment ce que je suis
    Un Ange ou un Démon, de qui donc est le crime?
    Serais-je tentation ou simplement victime?
    Si les portes du ciel ne veulent pas s'ouvrir
    Tu m'ouvriras tes bras et j'ouvrirai mes jambes

    A nous deux, mon amour, nous enfanterons un dieu
    Un Ange ou un Démon
    Là n'est pas la question



    Oui c'est un coup de foudre
    Tu es tombé du ciel
    Et en m'ôtant la vie, tu m'as donné des ailes
    Je suis Ange et Démon et suis prête à me battre
    Et toi tu bats de l'aile et tombe en pâmoison
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Sam 28 Mai - 10:45




Les Hommes du vent...

« Les Hommes se cachent derrière les banques, derrière les bâches, des saltimbanques, même devant la mort, ils tremblent encore, pourquoi ? Les nuits glacées de solitude, les cœurs brisés de lassitude, c'est un ouragan qui nous vient du sud, en bas.

Moi je suis née dans un manteau de vent. Je suis des cimes comme les oiseaux migrants. Il y a longtemps que le vent me protège du feu des sortilèges. Je viens d'Espagne, d'Italie ou d'Orient, le vent me parle comme la voix d'un parent. Je vais tout droit voir l'horizon devant, voir l'horizon devant…

Des Hommes qui veulent tous les pouvoirs, qui cherchent la lumière et la gloire, qui aiment se faire voir et tout avoir : la loi. Un souffle noir brûlant la plaine, un grain du soir brisant les chaînes comme un cyclone qu'on n'attendait pas, j'aime ça.

Moi je suis née dans un manteau de vent. Je suis des cimes comme les oiseaux migrants. Il y a longtemps que le vent me protège du feu des sortilèges. Je viens d'Espagne, d'Italie ou d'Orient, le vent me parle comme la voix d'un parent. Je vais tout droit voir l'horizon devant, voir l'horizon devant… »


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Dim 5 Juin - 3:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Lun 30 Mai - 21:20




« J'ai la gorge nouée. Une porte à pousser. Tu ne dois rien savoir de mon émoi. C'est un jour de soleil mais tout est triste en moi et je me suis jurée d'être forte pour toi. Et pourtant je crois, vraiment qu'il faudrait si peu de choses pour que je craque et que je me montre vulnérable, enfin…

Je sais que tu vas nous quitter mon ange mais comment oser te toucher ? J'ai si peur de voir mes mains trembler...

Je m'assoies sur mon lit, dans toutes ces vagues de plis où tu pourrais te noyer pour une éternité. Je vais dire des bêtises, te raconter mon château, parler devient ma hantise…Et s'il me manquait des mots ?

Et si j'étais trop lâche pour voir la vérité et l'accepter avec courage comme toi tu le fais ?»
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Dim 5 Juin - 3:52



Idiot qui ne comprend pas la légende qui comme ça, dit qu'une gitane implora la lune jusqu'au lever du jour, pleurant elle demandait un gitan qui voudrait l'épouser par amour.

« Tu auras ton homme femme brune » Du ciel répondit la pleine lune. « Mais il faut me donner ton enfant le premier dès qu'il te sera né. » Celle qui pour un homme son enfant immole bien peut l'aurait aimé.

« Lune tu veux être mère ? Tu ne trouves pas l'amour qui exauce ta prière. Dis moi lune d'argent toi qui n'a pas de bras comment bercer l'enfant ? »

D'un gitan cannelle naquit l'enfant tout comme l'hermine il était blanc. Ses prunelles grises, pas couleur olive, fils albinos de lune.

« Maudit sois-tu bâtard ! T'es le fils d'un gadjo, t'es le fils d'un blafard ! »

Le gitan se croyant déshonoré, couteau en main, sa femme alla trouver.

« L'enfant n'est pas de moi. Tu m'as trompé je vois ! »

A mort il la blessa et l'enfant dans ses bras, la colline il monta et là haut l'abandonna.

« Lune tu veux être mère ? Tu ne trouves pas l'amour qui exauce ta prière. Dis moi lune d'argent toi qui n'a pas de bras comment bercer l'enfant ? »

Et les soirs où l'enfant joue et sourit de joie, aussi la lune s'arrondit et lorsque l'enfant pleure, elle décroît pour lui faire un berceau de lumière. Et lorsque l'enfant pleure, elle décroît pour lui faire un berceau de lumière…
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mer 15 Juin - 11:05




« Curieusement j'ai comme l'impression que mon étrange ami est à mes côtés. Il me parle à travers mes pensées...
Auprès de lui je me suis sentie plus vivante que jamais et à présent loin de lui, je me sens troublée, perdue...
Peut-être que malgré mes efforts pour être bonne je suis mauvaise ? Peut-être suis-je une femme mauvaise et frivole...»
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 17 Juin - 0:27




« La passion nous entraîne, nous pousse, et finit par nous imposer sa loi et nous lui obéissons. Que pouvons-nous faire d'autre ? La passion est la source des moments les plus rares, la joie de l'amour, la lucidité de la haine, la jouissance de la douleur. Quelquefois la douleur est si forte qu'on ne peut plus la supporter. Si l'on pouvait vivre sans passion sans doute serions-nous moins torturés, mais nous serions vides, espaces déserts, sombres et glacés. Sans passion nous serions véritablement morts.»

angelus
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 17 Juin - 12:54


Je n'avais que cinq ou six ans, je courais pieds nus dans les champs et la mer ne dansait que pour moi. Je savais le nom des bateaux, j'habitais parfois des châteaux que le temps creusait au bord de l'eau. Tu m'apprenais des chansons espagnoles, tu me parlais des sirènes qui dorment à l'horizon.

I was a young young girl
A little shy
I'got a sad sad song
To make you cry


Moi je chantais pour te plaire, tu voyais le monde à refaire et tous tes rêves d'enfant…

Mais le monde un jour vous attire et vous donne envie de partir sans avoir eu le temps de grandir et quand la vie coule mes bateaux, les nuits où s'écroulent mes châteaux, le vent me ramène au bord de l'eau et tu me joues des chansons espagnoles. Je repense à tes sirènes et mes chagrins s'en vont.


I was a young young girl
A little shy
I'got a sad sad song
To make you cry


Moi je chantais pour te plaire, tu voyais le monde à refaire et tous mes rêves d'enfant…


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 17 Juin - 13:18



Le vent s'engouffre dans ma valise et sur ma route, il y a des trous. J'ai vu tant de rues, j'ai vu tant d'églises mais les plus belles étaient chez nous. Mon village est loin, à l'autre bout du monde et ma maison n'est plus qu'une chanson. Comme la neige, mes rêves fondent, buvons, mes frères, les vagabonds.

Des Caraïbes aux Philippines, j'ai traîné ma carcasse un peu partout mais les chemins qui mènent à nos collines avaient des pierres douces à mes pieds nus. Mes camarades, à l'autre bout du monde, c'est bien justice, m'ont oublié. Je leur adresse une colombe, buvons, mes frères, à leur santé.

Le vent s'engouffre dans ma valise pourtant, la chance est souvent venue. Elle est bien brave, quoi qu'on en dise mais il ne faut pas trop dormir dessus. La pauvreté manque parfois de charme mais l'herbe est douce aux malheureux. Pas de discours et plus de larmes, venez, mes frères, me dire adieu…

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Lun 11 Juil - 20:28



"L'or des Gitans ne brille ni ne tinte. Il luit au soleil et hennit dans l'obscurité."

Proverbe Gitan.


Dernière édition par Esmeralda Ponce le Mar 12 Juil - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mar 12 Juil - 10:42



"Je dois retourner sur les mers, car l'appel de la marée qui avance est un appel sauvage et un appel clair que l'on ne peut renier"


John Masefield.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mar 12 Juil - 18:53



Fais-moi une place au fond d'ta bulle et si j't'agace, si j'suis trop nulle je deviendrai toute pâle, toute muette, toute p'tite pour q'tu m'oublis…

Fais-moi une place au fond d'ton cœur pour que j't'embrasse lorsque tu pleures. Je deviendrai toute folle, toute clown, gentille pour q'tu souris…

J'veux q't'ais jamais mal, q't'ais jamais froid et tout m'est égal, tout, à part toi.
Je t'aime…

Fais-moi une place dans ton av'nir pour que j'ressasse moins mes souv'nirs. Je s'rai jamais éteinte, hautaine, lointaine pour q'tu sois bien…

Fais-moi une place dans tes urgences, dans tes audaces, dans ta confiance. Je s'rai jamais distante, distraite, cruelle, pour q'tu sois beau…

J'veux pas q'tu t'ennuis. J'veux pas q't'ais peur. J'voudrais q'tu oublis l'goût du malheur
Je t'aime…

Une petite place, ici, maint'nant car le temps passe à pas d'géant. Je me ferai toute neuve, toute belle, tout ça…
Pour être à toi

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Mer 13 Juil - 15:50



    Ce ne sera pas facile, tu penseras que c'est étrange quand j'essaierai de t'expliquer comment je me sens, que j'ai toujours besoin de ton amour après tout ce que j'ai fait…
    Tu ne me croiras pas. Tout ce que tu verras c’est une fille que tu as une fois connue bien qu'elle soit habillée sur son trente-et-un sans dessus-dessous avec toi…
    Je devais laisser cela arriver, je devais changer. Je ne pouvais rester toute ma vie en bas à tes talons regardant dehors à travers la fenêtre, restant loin du soleil…


    Alors…

    J'ai choisi la liberté courant autour, essayant tout ce qui est nouveau mais rien ne m'a impressionné en aucune façon. Je ne m'y étais jamais attendu…




    Ne pleure pas pour moi Andalousie. La vérité c'est que je ne t'ai jamais quittée. Tout à travers mes jours sauvages, ma folle existence, j'ai tenu ma promesse. Ne garde pas ta distance…


    Quant à ma pauvre fortune et à ma célébrité, je ne les ai jamais encouragées bien qu'elles semblent être pour le monde tout ce que je désirais…
    Ce sont des illusions elles ne sont pas les solutions qu'elles promettaient d'être. La réponse était ici tout le temps…



    Je t'aime et j'espère que tu m'aimes…

    Ne pleure pas pour moi Andalousie…

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 15 Juil - 6:21



« Imagines qu'il n'y ait pas de Paradis, c'est facile si tu essayes. Pas d'enfer sous nos pas, au dessus de nous seulement le ciel. Imagines tous les gens vivant l'instant présent. Imagines qu'il n'y ait pas de pays, ce n'est pas difficile à faire. Rien pour tuer ni mourir, aucune religion non plus. Imagines tous les gens, vivant leur vie dans la paix...

Vous pouvez dire que je suis une rêveuse mais je ne suis pas la seule. J'espère qu'un jour vous nous rejoindrez et que le monde vivra uni.

Imagines aucune possession. Je me demande si tu le peux. Aucun besoin d'avidité ou de faim, une fraternité humaine. Imagines tous les gens, partageant le monde... Vous pouvez dire que je suis une rêveuse mais je ne suis pas la seule. J'espère qu'un jour vous nous rejoindrez et que le monde vivra uni… »

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Ven 15 Juil - 6:22


Les brûlures de la vie vous marquent au fer
Vous font croire à l'enfer jusqu'à perdre la flamme
L'amour peut aller jusqu'à défaire
Ce qu'il avait bâtit de ses larmes
Et l'incendie qui détruit les archives
Fait s'effacer le passé en nous tout à fait
On ne voit plus une seule âme qui vive, un cœur à réchauffer

Et sans plus attendre du chaud, du tendre...
Fais moi danser sur les cendres
Dis moi de me rendre sans me défendre...
En plein décembre... Nos cœurs se fendent...
À se rependre... Sur les cendres...

J'ai vu les feux éphémères des passions
Qu'on sacrifie sur le bûcher des vanités
J'ai vu se calciner les émotions
Et ne même plus chanter

Et sans plus attendre du chaud, du tendre...
Fais moi danser sur les cendres
Dis moi de me rendre sans me défendre...
En plein décembre...
Nos cœurs se fendent à se rependre...
Nos cœurs se fendent à se rependre...

Près de toi viendra l'envers de l'oubli...
Tu es mon printemps au cœur de l'hiver, ma survie...


Et sans plus attendre du chaud, du tendre...
Fais moi danser sur les cendres
Dis moi de me rendre sans me défendre...
En plein décembre...

Et sans plus attendre du chaud, du tendre...
Fais moi danser sur les cendres
Dis moi de me rendre sans me défendre...
En plein décembre... Nos cœurs se fendent...
À se rependre... Sur les cendres...

Sans plus attendre dis moi de me rendre...
Sans me défendre dis moi de me rendre...

Sans plus attendre...
Sur les cendres...
Sur les cendres...
Dis moi de me rendre...
Sur les cendres...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Le trou aux rats"   Aujourd'hui à 17:39

Revenir en haut Aller en bas
 

"Le trou aux rats"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Journaux Intimes-