AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Samamusederéecriremafiche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Samuel J. Stelbrings
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Revenez après la pub ♪

Nombre de messages : 1365
Age : 20
Date d'inscription : 04/12/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: C'est terrible, c'est affreux : trente ans.
Profession: Batteur des Scat Cat, professeur de batterie à ses heures, percussioniste.
Situation Sentimentale: Marié ; papa de Yaëlle et Liam depuis mai 2012 ♥

MessageSujet: Samamusederéecriremafiche.   Ven 7 Déc - 23:44

Fiche en cours de réecriture.







Samuel James Stelbrings
« everybody wants to be a cat »

→ Nom: Stelbrings. Un nom donné un peu hasard, sans histoire, sans origine, puisqu'il est né sous X. Un nom que Samuel déteste, soit dit en passant. → Prénom: Samuel, James. Là encore, il ne sait pas vraiment pourquoi, mais c'est un choix de sa mère biologique. → Surnom: Samgrattelespieds, Samfaitbienrire, Samouille.... et Sam, aussi. → Âge: Vingt-neuf ans (14.08.1983). → Situation Sentimentale: Marié ; deux enfants. → Orientation Sexuelle: Bisexuel, très large penchant hétérosexuel. Surtout les blondes.. → Lieu de Naissance: Dallas ; Texas ; USA. → Lieu de Résidence: New-York ; USA. → Profession: Batteur et percussioniste des scat cats ; professeur de batterie à ses heures ; papa à plein temps. → Groupe(s): la classe moyenne. → Conte: les aristochats. → Don: faire de la musique avec n'importe quel objet sur lequel il puisse taper ? → Avatar: Dominic Howard.
» Religion: Catholique non pratiquant.
» Courant Politique: Les Scat Cats domineront le monde, un jour. Sinon, la politique, c'est pas spécialement son truc. Bien entendu, Sam suit les actualités et vote, comme tout bon citoyen digne de ce nom, mais lui, il serait plutôt pour le bonheur universel et la paix dans le monde.
» Phobies: Arachnophobe.
» Manies: Pianoter dès qu'il a les doigts posés quelque part ; se lever toujours tôt ; ne quasiment jamais faire ses lacets.
» Nationalité: Américain
» Origines: Américain.
» Secret: Mis à part sa naissance sous X, rien de bien particulier.
» Rêve: Avoir une famille : exaucé.
» Idole: jimi hendrix ; bob dylan ; John Bonham ; Keith Moon ; les stones ; les beatles ; queen ; stevie wonder ; Carmine Appice de Vanilla Fudge ; Phil Collins en tant que batteur ; Lars Ulrich... et ce n'est que le début d'une très longue liste.
» Objet Fétiche: Sa batterie, sans hésiter.
» Fantasme: Secret, voyons.
» Famille: mis à part julia avec qui il est marié depuis peu et leurs deux enfants, yaëlle et liam, nés le 09.05.2012 et qu'il aime plus que tout au monde, il n'a personne. samuel est né sous x et a perdu de vue sa jumelle depuis ses onze ans.
═══════════════════════════════════════════════════════════

Inside My Head


« Ici, gamin, tu racontes en une vingtaine de lignes minimum qui tu es, qu'est-ce qu'on trouve dans ta p'tite tête, et comment tu vis. Dessines-moi ta personnalité. Ouvres-toi à moi. N'es pas peur, je t'écoute. Ne sois pas réticent, je veux savoir qui tu es, et je ne te jugerai pas, même si je ne te plaindrai pas non plus. Aussi fou que tu es, je veux tout savoir. Parce que tu entres dans mon monde. Et que je dois avoir un œil sur tout, et sur tout le monde. »

═══════════════════════════════════════════════════════════

The Show Will Start

« Sam, la magie, tout ça, ça ne le concerne pas. A vrai dire, il est bien loin de se douter que Julia puisse être une conteuse aux supers pouvoirs et qu'il ait même quelque chose à voir avec cela. Lui, il vit au jour le jour, c'est tout. Il faut simplement savoir que c'est un musicos chevronné : la musique a été son premier amour et même si sa famille passe avant, cela restera jusqu'à la fin des temps. Il l'a dans la peau. Sa vie, elle se déroule en rythme, elle se chante, elle se danse. Sam, c'est un Scat Cat. Un vrai de vrai, tout simplement. Il est né ainsi, c'est comme ça qu'il mourra. »

═══════════════════════════════════════════════════════════

→ Pseudo: Doudouw. → Prénom: Léna. → Âge: Seize ans. → Expérience en rpg: Quatre ans. → Double-compte: Alexy Taylor, Aaron Dawkins, Cassie A. Dawkins.. → T'as lu les règles? Once upon a time... → Comment t'es arrivé ici? Ludlow, je t'aime. → Commentaire & Remarques: Chocapics ? → Crédits: tumblr ▬ retrotrend.
(c) Joke.


Dernière édition par Samuel J. Stelbrings le Mar 26 Mar - 22:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Samuel J. Stelbrings
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : Revenez après la pub ♪

Nombre de messages : 1365
Age : 20
Date d'inscription : 04/12/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: C'est terrible, c'est affreux : trente ans.
Profession: Batteur des Scat Cat, professeur de batterie à ses heures, percussioniste.
Situation Sentimentale: Marié ; papa de Yaëlle et Liam depuis mai 2012 ♥

MessageSujet: Re: Samamusederéecriremafiche.   Ven 7 Déc - 23:52

Fiche en cours de réecriture.







Samuel James Stelbrings
« everybody wants to be a cat »

This Is My Legend


« chapter one ; blondie-couche-toi-là »

« Blondie. C'est comme ça que tout le monde l'appelle : Blondie. Blondie n'est pas très belle, pas très grande, elle a le regard triste et perdu, le corps en peine, l'âme souillée, elle qui quelques années encore, s'estimait forte et fière. Enfin, ceci n'a guère d'importance puisque Brandy-couche-toi-là n'a, depuis le temps, plus vraiment d'identité. Ce soir en particulier. Plusieurs fois, elle a confirmé que non, elle ne souhaitait pas donner son identité. Blondie n'a peut-être pas le Q.I d'Albert Einstein mais elle a au moins l'avantage d'avoir suffisamment de personnalité pour savoir ce qu'elle veut.

Blondie peut enfin desserrer ses mains des draps blancs, la torture a pris fin. Catégoriquement, mais d'une voix faible, elle refuse de prendre les enfants dans ses bras. Ils sont sales. Ils sont laids, nus, fragiles. Elle ne les connaît pas. On lui a expliqué le principe du dénis de grossesse ; cette monstrueuse invention du corps humain qui lui a empêché d'avorter. Au final, elle n'a su qu'elle les portait que pendant trois mois, à peine. Pas assez pour apprendre à les aimer, trop peu pour avoir le désir de les élever, mais suffisamment pour savoir qu'elle ne pourrait, de toute manière, jamais les rendre heureux. Elle a pris la décision de laisser ces deux petites vies qui n'avaient rien demandé à personne entre les mains d'un couple qui saura les aimer, les choyer, vraiment. Un couple uni, contrairement au duo qu'elle avait formé avec un illustre inconnu, une nuit, en échange de quelques dollars. Un couple avec suffisamment de revenus pour leur permettre de vivre aisément, de faire des études, aussi. Son misérable corps ne lui aurait jamais permis, de toute manière.

Blondie sent sa gorge se serrer. Elle a mal, à l'intérieur, quand elle voit qu'on lui enlève ceux qui auraient pu être ses enfants. C'est presque comme une partie de soi qu'on arracherait. Elle souffle d'une voix brisée qu'elle a une lettre pour eux : s'ils peuvent un jour la lire, s'ils peuvent un jour comprendre, elle aimerait qu'ils comprennent, qu'ils sachent qu'elle ne fait pas ça de gaieté de cœur. Elle ajoute avant que les premières larmes ne viennent qu'elle a choisi des prénoms. La petite, ce sera Emily. Belle Emily, douce Emily, c'est comme ça qu'on appelait la sœur de Blondie, quand elle était plus jeune. Elle espère qu'elle réussira dans la vie comme elle. Pour son jumeau, elle n'a pas réussi à choisir entre les deux prénoms : Samuel, James ? James, comme son père ? Elle l'a perdu de vue, aujourd'hui, mais elle ne lui en veut plus. Elle comprend. Elle le respecte. Ou Samuel, comme celui qu'elle considéra jadis comme son héros à elle ? C'est une histoire trop longue pour être racontée ici, mais Sam, c'est un ami, en mieux, il a un cœur en or et si elle peut souhaiter quelque chose à son fils, c'est bien de finir aussi bien que lui. Finalement, ce sera Samuel, puis James.

Brandy fond définitivement en larmes. Blondie, si faible, Blondie, si fragile sous son gros ventre qui abritait il y a quelques instants encore la vie. Petite Blondie. Catin. Blondie a cependant le sentiment d'avoir pris la meilleure décision qu'elle ne l'avait jamais de toute son existence. Un dernier regard, et c'est fini : leurs destins n'ont désormais plus rien à voir.

Et Blondie disparaît dans la nuit. »


« chapter two ; bienvenue au st john's orphanage »

« Lddio djidi euedie huiehuized huiuidhui. Huiehuzhuhuie ehze zeze a uziuhzeuze ezhuizehuze. Ikodd dezudeued. Lddio djidi euedie huiehuized huiuidhui. Huiehuzhuhuie ehze zeze a uziuhzeuze ezhuizehuze. Ikodd dezudeued. Lddio djidi euedie huiehuized huiuidhui. Huiehuzhuhuie ehze zeze a uziuhzeuze ezhuizehuze. Ikodd dezudeued. vLddio djidi euedie huiehuized huiuidhui. Huiehuzhuhuie ehze zeze a uziuhzeuze ezhuizehuze. Ikodd dezudeued. Lddio djidi euedie huiehuized huiuidhui. Huiehuzhuhuie ehze zeze a uziuhzeuze ezhuizehuze. Ikodd dezudeued. Lddio djidi euedie huiehuized huiuidhui. Huiehuzhuhuie ehze zeze a uziuhzeuze ezhuizehuze. Ikodd dezudeued. Lddio djidi euedie huiehuized huiuidhui. Huiehuzhuhuie ehze zeze a uziuhzeuze ezhuizehuze. Ikodd dezudeued. »



« chapter three ; le jour où la terre cessa de tourner »

« C'est le dernier dimanche du mois d'août 1993. Aujourd'hui, pas d'école, pas de devoirs, rien d'autre que ce qui devrait être une journée de repos pour les orphelins texans. Il fait beau, la chaleur est presque étouffante. Les dortoirs sont vides ; seul s'y trouve Samuel qui s'est réfugié derrière la fenêtre. Il ignore le monde qu'il entoure, les murs délabrés et les araignées qui se trouvent certainement au plafond et sous les lits, monstres à huit pattes qui le terrorisent tant en temps normal.

Emily va partir.

Depuis qu'il a appris la nouvelle, il n'a pas ouvert la bouche. Il en veut à la Terre entière. Il en veut à la vieille directrice d'avoir tout laissé faire, il en veut à ces Jefferson de lui arracher son seul soutient, il en veut à Emily de se laisser emmener même si elle aussi, elle est triste, il en veut à X de les avoir abandonnés, tous les deux. X, c'est sa mère. Emy et lui sont nés sous X. X. Juste une grosse croix, juste une lettre, pas très belle, qui ne représente rien sinon un énorme manque dans sa vie.

Emily va partir. Les derniers papiers doivent être signés, à présents. Dans la petite cour devant l'orphelinat miteux, il voit le couple s'approcher de leur voiture rouge. Madame la Directrice les suit de près, Sam peut distinguer de l'étage son sourire ravi. Il l'a entendue discuter avec Emy : Monsieur et Madame Jefferson sont des braves gens, un couple qui fera d'elle une petite fille heureuse, aimée et choyée. Il essaye de se réconforter en se disant qu'au moins, sa sœur aura la joie de découvrir le principe des parents, de la famille, mais n'y parvient pas. Il réussit seulement à les détester de tout son petit cœur. Si Emily part, qu'adviendra-t-il de lui ? Si on lui enlève la seule personne a qui il a toujours tout confié, avec qui il a tout partagé, les peines, les joies, les malheurs, les parents invisibles ? Si on lui enlève sa sœur jumelle ? Comment peut-il exister si on ne lui laisse qu'une moitié de lui-même ?

Les mains se serrent, les sourires sont échangés. Il ne fait pas tellement attention aux trois adultes, ses yeux sont rivés dans ceux de sa sœur. Emily a peur, ça se voit, au moins autant que lui. Tous les deux, ils se sont plaints maintes et maintes fois de l'orphelinat, mais jamais ils n'ont imaginé pouvoir le quitter séparément. Jamais ils n'ont imaginé qu'on oserait les séparer sans se soucier des conséquences.

Il ne parvient pas à regarder autre chose qu'Emy. Madame Jefferson pose doucement sa main sur l'épaule de la petite, récupère ainsi son attention. Monsieur Jefferson lui ouvre la porte arrière gauche de la voiture, l'invite à monter avec un sourire doux. Samuel voudrait crier, descendre à toute allure, la serrer dans ses bras et qu'elle lui promette une nouvelle fois qu'elle ne l'oubliera pas, qu'ils se retrouveront très vite, qu'ils s'écriront tous les jours, au moins. Il n'en est pas capable. C'est comme si son corps refusait de l'écouter. La portière se claque. Il aperçoit Emily tournée dans sa direction. Faiblement, il lève une main en guise d'au revoir – puisqu'il refuse d'admettre que cette séparation soit définitive. Elle lui répond, sans esquisser un seul sourire.

La voiture s'éloigne au fur et à mesure que les larmes commencent à perler au coin de ses yeux, dégoulinent sur ses joues, se perdent dans son cou et par terre. Il n'y a plus qu'un petit point rouge à l'horizon, qui disparaît quelques secondes plus tard. Il est seul.

Emily est partie. »

(c) Joke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Samamusederéecriremafiche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les protagonistes-