AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 KATAII ▬ You don’t know my mind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Jeff Bond
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : 3/3 ♥

Nombre de messages : 1696
Age : 37
Date d'inscription : 28/10/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 35ans.
Profession: Avocat, meneur de Bond&Associés ; Criminel indépendant.
Situation Sentimentale: à ces dames ♥

MessageSujet: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Dim 7 Oct - 10:37

u.c;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jeff Bond
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : 3/3 ♥

Nombre de messages : 1696
Age : 37
Date d'inscription : 28/10/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 35ans.
Profession: Avocat, meneur de Bond&Associés ; Criminel indépendant.
Situation Sentimentale: à ces dames ♥

MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Dim 7 Oct - 10:58


OSWALD LEWIS BOND
55 ans ∞ FRANCE ∞ Nationalité Française ∞ Meurtrier en retraite bien méritée ∞ Veuf ∞ Rebuts ∞ Colin fuckingperfect Firth
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
Oswald a un passé très flou. Un présent flou, et un avenir flou. C'est un homme dont la vie est un gros bordel et il aime vivre avec cette constante incompréhension. Il change d'identité. Il change de pays. Il change de costume. Il change de femme. Il change d'amis. Il change de vie. Une seule chose ne change pas : son véritable métier. Sa véritable nature. Il y a pire que tuer, il y a tuer par routine. Oswald ne tue pas par plaisir. Il ne tue pas par vengeance. Il ne tue pas pour assouvir un désir. Il tue, tout simplement.

Il a aimé bon nombre de femmes dans sa vie. Il les aimait toutes avec passion et il prenait soin d'elles. La femme, c'est quelque chose de très important dans la vie d'un homme. Seulement, il trouvait toujours un moyen de s'en lasser... La mère de Jeff était un des plus tarée. C'était une femme très belle, mais elle n'avait que ça. Elle aimait son fils, aussi. C'était tout. Ce n'était qu'une tâche dans le paysage, sinon. Néanmoins, Oswald l'aimait jusqu'à ce que leur fils vienne au monde. Parce que ça, ça... C'était une plaie.

Oswald sombra dans l'alcool et sa femme dans la folie. Le petit faisait ressortir une violence incontrôlable et Oswald n'était pas du genre à retenir ses coups. Il ne l'aimait pas, et il s'en voulait. Il n'arrivait pas à aimer cet enfant, il ne ressentait que cette irritation constante lorsqu'il l'avait dans les pattes. On se moquait de lui. On disait qu'on allait l'égorger. Par principe, il ne le fit pas lui-même.

Son accident en coupant la haie marqua un tournant décisif dans sa vie. Il se coupa une artère et fut passer pour mort. Un cadeau d'un... ami. La vie d'après fut un véritable régal, puisque juste après son rétablissement, Manhatan leur ouvrait les bras. Et la routine des aventures reprenait. Oswald n'avait rien retenu de sa vie d'antan.

Oswald est une référence dans le monde criminel. Sa particlarité : il n'a pas d'attache et n'accepte jamais deux contrats de la même personne. Les conditions sont toujours parfaitement remplies. Et ce n'est pas un homme qui travaille seul... Il a plus d'amis que d'ennemis, il a des contacts partout, et personne ne connaît son véritable nom. C'est un fantôme. Une ombre. Personne ne sait qui il est vraiment. Un jour il a un visage, et le lendemain... il n'en a plus.
✖ Me, Myself & I ✖

JEFF BOND ✖ fils
" Parfois, lorsqu'il me permettait de rester dans le salon, avec lui, moi par terre et lui sur le fauteuil, je le regardais avec une fascination démesurée. Il avait ce regard incroyable qui se perdait dans le vide, ses pensées mystérieuses s'envolant quelques part avec son âme. Je crois qu'un jour, il a laissé son âme et ses pensées là-bas. Il s'est levé et il m'a pris dans ses bras.

Depuis ce jour, je l'aime.

L'incontrôlable sentiment de mon enfance n'a jamais cessé. Toutes mes rages et ma haine excessive n'ont jamais pu dépasser cette puissance. L'amour pour l'homme qui était tout à mes yeux. Je n'avais rien, je n'avais que lui, alors comment faire la part des choses ? Lorsque je pleurais, lorsque je criais sous ses coups, il me disait que c'était de ma faute. Je n'ai été qu'une immense et belle erreur. Et lui était celui qui me réparait.

Les instants magiques avec lui, qui se résumaient à de l'hypocrisie, m'aidaient à poser un pied après l'autre. Peu à peu, j'ai commencé à lever la tête dans la rue, et je levais les yeux vers mon père. Les quelques fois où il me regarda marcher, il eut ce sourire indescriptible qui se gravait parfois sur ses lèvres, et il me disait : " Tu ne comprendras jamais. "

A sa mort, tout mon monde s'est écroulé. Je n'ai jamais pu comprendre et j'étais condamné à errer sans justification. C'était ma faute et je ne pouvais pas comprendre. Et j'étais encore plus seul que seul... Perdu dans l'incompréhension de mon existence. " ✖ Jeff Bond, Journal.




On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ J'accepte tout ce que vous voulez, tant que cela vient de vous (a). Of course, il suffit de m'envoyer un MP et un p'tit chèque ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ C'est à discuter ! Je pense que c'est un personnage difficile à incarner. Mais je peux vous promettre une chose : Ce lien avec Jeff est juste... EXPLOSIF.

images tumblr # code by shiya.



Dernière édition par Jeff Bond le Jeu 27 Déc - 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neill Monroe
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : 4/3 *mais faible...*

Nombre de messages : 537
Age : 37
Date d'inscription : 10/04/2012



Feuille de personnage
Age du personnage: 34 ans.
Profession: Scientifique privé, Maître de conférences des universités.
Situation Sentimentale: Divorcé.

MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Jeu 27 Déc - 21:17


EVERETT CHARPENTER
44 ans ∞ NEW-YORK ∞ Nationalité Russe ∞ Scientifique ∞ Divorcé ∞ Classe Moyenne ∞ Robert Carlyle
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
Everett est né dans une banlieue violente en Russie, sous le nom de Lavr Iglyanslavitch. Fils d'une famille nombreuse, il a du très vite apprendre à être indépendant, et surtout, à ne pas compter sur les autres. Il a quitté sa famille très jeune et on lui en a voulu, on lui en a voulu tellement qu'on l'a renié. Everett était trop ambitieux pour rester en Russie, dans ce trou qui lui servait de maison et où il étouffait, vivant dans la misère. Ils n'avaient même pas d'attention à donner. Ni même d'amour. Il est donc partit à l'étranger : avec une amie, il s'enfuit en Espagne. Le climat différent et sa mauvaise connaissance de la langue - et de son amie - ne le réussirent pas, mais il n'avait nulle part où rentrer. Il s'installa à Moscou et tenta de survivre en volant où en braquant des passants.

Pratiquement sauvage, perdu dans le monde, c'est un coup de chance qui l'a sorti de la misère. En voulant voler un homme bien habillé, il fut devancer par un autre vieux qui le pointait avec son couteau. Le défendre fut un véritable jeu d'enfant : Everett, jeune homme de dix sept-ans, bien que maigre mais en bonne santé, suffisait largement à faire fuir ce pauvre vieillard alcoolique. L'homme qu'il sauva s'avéra être un chercheur qui le prit finalement sous son aile.

Il passa les années suivantes aux côtés de Igor. C'est cet homme qui lui a appris toutes les bases de la science. Et, étonnement, malgré ses maigres études, Everett s'avéra être un enfant doué et passionné. Igor lui apprit également les langues : l'anglais, le français, et le polonais.

A vingt trois ans, il entra en école de médecine à Lyon. Il en sortit avec un diplôme de Docteur.

C'est X.juh qui le trouva en premier. L'entreprise du Mal, comme Everett et Neill l'appelèrent bien plus tard, est un centre de recherches scientifiques aux objectifs confus. Une de ses branches étudie le domaine paranormale, dont le phénomène des conteurs. C'est là qu'on plaça Everett, puisqu'il semblait avoir un sixième sens pour découvrir ces êtres étranges. On lui fit changer de nom. D'histoire. De vie.

Les étudier devint toute sa vie, et Everett se concentra énormément sur leurs origines. Obséder par ces êtres venus d'ailleurs, il lui arriva de devenir violent et paranoïaque. Il a déjà exécuté un innocent en pensant qu'il s'agissait d'un conteur. Et la liste d'erreurs - ou pas d'erreurs - et longue...

On le muta finalement à Tokyo, où il fit la rencontre de Neill Monroe. On le lui donna comme partenaire pour le terrain, et sans doute, sans lui, ce pauvre blondinet aurait déjà un ou trois bras en moins. Ensemble, ils ont découvert les conteurs et ont décidé de brouiller les pistes chez X.juh, qui n'avait pour but que de les exploiter... ou les découper.

Aujourd'hui, Everett est un peu perdu entre deux mondes. Celui de la réalité dans laquelle il a toujours vécu, et celui des contes et des conteurs. Il souffre de sa solitude et tente de l'oublier avec le travail.

Étrangement, les conteurs semblent venir à lui comme des petits pains.
✖ Me, Myself & I ✖


NEILL MONROE ✖ protégé/colocataire
Neill ne choisit pas ses amis. Ce ne sont pas non plus eux qui le choisissent. Neill est l'ami de tout le monde par définition. Au départ, Everett n'avait ni l'intention ni le besoin d'avoir un ami. Son travail à X.juh lui suffisait amplement pour remplir sa jauge d'irritation sociale... Tous ces gens, ils parlent, ils parlent, ils parlent... Mais quand Neill est arrivé, lui, ce petit bonhomme si fascinant, beaucoup de choses changèrent dans la vie d'Everett. Pour la première fois, il pris un café dans le foyer du bâtiment. Il ne savait même pas qu'il en existait un.

Leur amitié eut des débuts succins. Les changements étranges d'humeur de Neill finirent par fasciner Everett davantage qu'ils ne l'irritaient, et bientôt, il découvrit que Neill n'était pas seul dans sa tête. Scientifique obstiné, il pensa tout d'abord qu'il s'agissait d'un espion infiltré, un de ces hommes magiques, conteurs, au sein de cette société. Mais il l'aurait senti. Neill n'était pas un conteur, c'était bien mieux.

De toutes les fois où on a failli couper la tête à Neill, Everett le protégea depuis sa tour. Bien placé dans la hiérarchie de X.juh, il en fit son petit protégé. Il chérissait véritablement leur amitié. C'était son seul ami. C'était le seul homme qu'il avait envie de connaître et se laisser connaître.

Peu à peu, il se laissa découvrir. Neill lui porta une plus grande attention. Ils se serrèrent les coudes. Ils ouvrirent les yeux tous les deux : X.juh était une mauvaise organisation, c'était eux, les méchants. Les conteurs étaient à connaître et il ne fallait pas se fier aux apparences.

Et un jour, il fit la rencontre de Dark Neill.

Dark Neill s'avéra être tout aussi fascinant que Neill. Everett engagea un dialogue et, époustouflant, ils parvint à communiquer avec lui. On peut qualifier leur amitié de triangle. Everett a deux amis : deux Neill. Il les comprend tous les deux et il essaie d'aider les deux. A sa manière. Ou disons plutôt qu'il essaie déjà de recoller les petits bouts...


MIROSLAV NH CHARPENTER ✖ fils abandonné
Everett a rencontré la mère de Miro par... pure manipulation. Il a suivi la trace d'un conteur qui, ayant flairé un lien avec le conte de Pinocchio, menait son enquête. Eve l'a tué pour prendre son identité et ainsi, se rapprocher de Mademoiselle Gregor. Une sorte d'amour naquit entre eux, plutôt passionnel du côté d'Ailein, et Everett, bien qu'effectivement attiré, la manipulait afin d'en savoir plus sur le but des conteurs. L'année suivant leur relation, Ailein tomba enceinte et Eve décida de fuir l’Écosse pour Tokyo, véritablement agacé par la situation. Il n'a pas été présent lors de la grossesse de Ailein, bien qu'il soit revenu quelques jours après l'accouchement. Craignant de se repentir, véritablement ému par ce petit enfant qui était le sien, il a prétexté être revenu uniquement pour mettre les points sur les i. Il ne voulait pas de cet enfant, il ne voulait rien avoir à faire avec lui, et surtout plus avec elle.

Crachant son venin, il est parti tel un fantôme. Lâche un jour, lâche toujours. Everett a passé ses jours à se monter lui-même contre cet enfant, à nourrir une haine envers lui pour soulager sa conscience. Et, peu à peu... il l'a oublié. L'enfant. Pas la haine.


ALEXY TAYLOR ✖ contact en cas d'urgence
Everett connaît davantage Alexy qu'Alexy ne le connaît. D'ailleurs, il n'est même pas sûr qu'Alexy se souvienne de sa tête. Everett se bute à l'appeler "Alex" ou "Axel", bien que Neill ne fasse que parler de lui. Vraiment, plus Neill parle de lui et s'en inquiète, plus ce gosse semble barbant. Encore une belle prouesse de la patience de Neill. Néanmoins, Everett l'a juré sur sa parole d'honneur : s'il se passait quoi que ce soit, Alexy devait être le premier à être prévenu. Ou le dernier. " C'est à toi de juger ", avait ajouté Neill avec un sourire, face à l'air sceptique de son ami.

Quelque chose turlupine Everett depuis un moment : Dark Neill. Comment annoncer la nouvelle à la famille, maintenant qu'il semble avoir pris beaucoup, beaucoup trop de place dans la vie de Neill ? " Bonjour, on ne se connaît pas, je vous présente votre nouvel oncle, un ami à moi. Attention, ça mord. "

Dur.


CHRIS OSBORN ✖ cobaye/colocataire
Everett semble faire une faveur à Chris. En fait, ce n'est pas tout à fait le cas. Il a confié sa boutique d'Antiquaire à ce jeune homme, et paie même les impôts... Il l'a pris sous son aile et ils habitent ensemble. A la bonne heure ! Une véritable connivence s'est créée entre lui, Chris et Neill. Peut-être la naissance d'une belle amitié... En tout cas, Chris s'est porté garant pour être cobaye. En effet, Neill et Everett l'étudie sous tous les angles, en tant que scientifiques. Son pouvoir phénoménal les fascine presque autant que l'homme. Everett lui porte un réel et unique intérêt. Il ne l'aurait jamais invité chez lui, sinon... Puis il est marrant. Il y a une sorte de rivalité infantile entre eux qui les amuse. Physiquement, ils se dépassent inlassablement dans les sports. De la course au ping pong, passant par la boxe, tout est bon pour bander ses muscles. Ils se sont déjà éclatés le nez avec des raquettes de badminton et ont joué à la pétanque avec les échecs de Neill. Ils parlent beaucoup en fumant, car ils fument beaucoup, parfois dehors, souvent à la fenêtre, pour ne pas déranger Neill. Ils parlent souvent pour ne rien dire, car ils ont tous les deux ce mystère étrange qui les rend si fascinant.

Au fond, Everett s'attache à ce gamin. Un attachement étrange, bien qu'il se persuade du contraire. Il a déjà dit à voix haute " Je le fous dehors dès qu'on a les résultats attendus ", mais au fond, il est paisible. Il espère que Chris quittera l'appartement avant qu'ils n'aient à se confier des choses qu'ils regretteraient.




On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Oui ♥

images tumblr # code by shiya.



Dernière édition par Neill Monroe le Ven 10 Mai - 11:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité



MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Sam 29 Déc - 21:21


CHRISTOPHER SMITH
30 ans ∞ AMERIQUE ∞ Nationalité Anglaise ∞ Membre Smith&Propriétaire d'un cabaret renommé ∞ Marié ∞ Haute Société ∞ Matthew Davis
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
uc;


✖ Me, Myself & I ✖


PAUL SMITH ✖ victime/bourreau/rival
uc;



OWEN SMITH ✖ victime
uc;





On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Oui, avec un avatar modifiable, tant qu'on en discute ♥

images tumblr # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas


Hate Darling
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : verrouillé ❤

Nombre de messages : 565
Age : 52
Date d'inscription : 26/10/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: 263ans, et toutes mes dents ; 48 ans officiellement.
Profession: Star du grand écran.
Situation Sentimentale: Veuf prématuré ; en couple avec Will Evans.

MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Mar 29 Jan - 16:01


WILLIAM EVANS
âge inconnu ∞ INCONNU ∞ Nationalité inconnue ∞ Assistant de Hate Darling ∞ En couple ∞ rebuts de la société ∞ Robert Sean Leonard
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
" - C'est vrai.
- C'est faux.
- C'est VRAI.
- C'EST FAUX.
- VRAI.
- FAUX !

Je fixais les yeux sombres de mon valet, son regard de tueur lorsqu'il voulait à tout prix avoir raison. Je passai ma langue sur mes lèvres sèches, les repliant sur elles-mêmes, sans le quitter du regard. Il savait que je n'allais pas lâcher l'affaire. Il savait que j'allais dire vrai jusqu'à ce que je lui ordonne de dire le contraire ou qu'il perde par lui-même.

- Accepte-le, nom de Dieu.
- Alors prouve-le. Quitte la, ou pars, disparais. Où que tu ne passes tu gâches toujours tout.
- C'est faux.
- C'EST VRAI.
- Je t'aime bon sang ! Tu m'entends ? C'est vrai.
- C'est faux. Faux. Faux ! FAUX FAUX FAUX. Tu l'aime ELLE. Celle que tu as épousé, celle que tu vois tous les jours, celle à qui tu mens, celle qui tu trahis ! T'es une belle ordure, Darling. Et je t'en veux. Je t'en voudrais toujours, tu m'entends ? Jusqu'à ce que la mort vous sépare.
- Non.

Ma voix gronda dans l'espace, et mon regard bleu se figea sur lui.

Voilà plus d'un siècle que j'étais dans ce livre, à vagabonder. Dans cette histoire. J'y avais forgé ma place. J'avais tué le véritable héros pour prendre sa place et j'avais chamboulé toute la vie des personnages. Et ici, j'étais heureux, la vie était belle.
J'avais rencontré Amy, un personnage féminin dont j'avais toujours était dingue en lisant l'histoire. Et une fois retrouvé devant elle, tout avait paru si simple. Elle était là, j'étais là, et... Tout était tellement facile. Il n'y avait pas besoin de parler. Plus je la voyais, et plus elle me manquait. Plus j'avais envie de la voir et plus la voir me donnait envie de pleurer. J'étais tombé amoureux d'elle. Totalement. J'étais à ses pieds. J'avais perdu la raison et si elle m'avait demandé de me jeter du haut d'une falaise, je l'aurais fait pour son caprice. Heureusement pour moi, tout ce qu'elle voulait, c'était moi. Peu importe mon prénom, peu importe mon passé, peu importe les mensonges. Elle m'aimait, et tout ce que je souhaitais c'était qu'elle soit heureuse. J'aimais tout en elle. J'aimais ses cheveux blonds, j'aimais son corps frêle, j'aimais sa détermination. J'aimais de qu'elle manière elle me prenait les mains pour m'embrasser. J'aimais la voir en colère, j'aimais voir ces larmes aux coins de ses yeux. Ces larmes là, il n'y avait pas de moyen pour y échapper. Rien qu'en en voyant une perler le coin de ses beaux yeux, je perdais. Je me serais arracher le cœur pour le lui donner sur un plateau.

Je m'étais inventé une vie, elle y croyait et moi aussi, c'est tout ce qu'il fallait. Nous nous mariâmes - à la place du héros - et pour la première fois, je n'avais plus honte de moi. Je n'avais plus peur de ce que les autres auraient pu dire ou faire. J'aurais tué le premier qui aurait voulu me l'arracher et j'en aurais été fier. Ils pouvaient parler. Je les laissais parler.

Puis tout se compliqua lorsque je fis la connaissance de mon nouveau valet, William Evans.

Voir continuellement son visage angélique, ses yeux noirs, ses mains agiles qui resserraient le nœud papillon de mon costume, son visage concentré lorsqu'il lisait un chapitre d'une de mes histoires, ses sourcils froncés lorsqu'il ne comprenait pas, et son sourire en coin, si léger, si discret, lorsqu'il était heureux. Et lorsque ce sourire s'élargissait, pour dévoiler ses dents blanches, lorsque ses yeux riaient et ses lèvres se recourbaient sur elles-mêmes, j'avais envie de me jeter à genoux devant lui. Il ne parlait jamais lorsqu'on ne le lui demandait pas, ne disait pas ce qu'il pensait et se murait dans un silence comateux. Seuls ses yeux vivaient. Ses lèvres étaient scellées, ses mains toujours paisibles. Ses yeux sombres dans lesquels j'avais l'habitude de me noyer chaque soirs lorsqu'il me disait bonne nuit. Il était toujours là à côté de moi, avec moi, il faisait tout, et moi je me contentais de regarder. C'était mon petit soleil.

Puis un soir, après avoir commis l'impardonnable envers ma femme avec lui, je compris que nulle part la vie ne pouvait être parfaite.

Au départ, rongé par les remords, je m'étais enfermé dans un silence profond, refusant de regarder Amy dans les yeux, lui parler, la regarder. Puis je finis par accepter le monstre que j'étais. Et plus le temps passait, plus je devenais horrible. William ne me suffisait plus alors j'allais voir continuellement autre part. Le soir, je n'avais même plus de regrets. J'étais persuadé au fond qu'Amy savait ; mais l'amour, vous savez, pardonne tout.

William en était le parfait exemple.

Ce que je savais, à cela depuis toujours, c'était qu'il m'était dévoué comme un chien à son maître, et que je pouvais le frapper, le torturer ou le tuer, il ne s'y serait jamais opposé. Il était mon valet, mon serviteur, dans tous les sens du terme. Il était là pour moi, toujours. Il était mon souffre douleur, et je l'aimais autant que je le détestais. Une partie de moi voulait qu'il disparaisse, qu'il meurt, qu'il parte, mais il était essentiel à l'autre et je savais que cette autre partie l'emportait. Je ne pouvais vivre sans Amy, et je ne pouvais vivre sans lui. La vérité était que je les aimais tous les deux, plus fort chaque jour, et c'était bien pour cela que j'étais revenu une seconde fois.

- Non, tu vois... poursuivit William et ses yeux noirs s'enflammèrent, non.
- Personne ne nous séparera.
- Tu m'as dis qu'elle devait mourir à la fin de l'histoire.
- Elle ne mourra pas. Je ne le permettrai pas.

Puis ce fut l'instant où mon cœur explosa. William se recula, il ouvrit la bouche et tout ce qui sortit de sa gorge, ce fut de l'air. Puis ses larmes débordèrent, totalement. Elles se déversèrent sur son visage, et il frappa le mur du poing. Ses lèvres tremblèrent, ses beaux yeux sombres disparurent, devinrent flous, et tout ce qu'il put balbutier, fut qu'il me détestait. Il venait de comprendre que sa vie ne changerait jamais. Que j'allais continuer à le détruire, à l'aimer de cette manière si monstrueuse, et que lui, il devrait toujours être là pour moi.

- Je t'aime, répétais-je car ce fut la seule chose qui sortit de ma bouche.

Il quitta la pièce sans prendre la peine de saisir son manteau, et je savais qu'il était partit courir dans les bois, seul, jusqu'à s'écrouler sur le sol, sans craindre les loups ni le froid.

Cette nuit là mes yeux restèrent clos, mais je ne trouvai pas le sommeil. J'avais quitté le lit pour m'assoir près de la fenêtre et je guettais jusqu'à l'arrivée de Will. Mais il ne revint pas avant l'aube, boitant, sale et fatigué. J'avais réfléchis jusqu'à ce que le soleil se lève.
L'histoire voulait qu'Amy se fasse tuer tragiquement à la fin par le tueur du livre. Comme le meurtrier n'était jamais dévoilé, je ne pouvais anticiper le coup, alors, après avoir sévèrement modifié l'histoire, je me contentai d'attendre le jour où je le reconnaitrai pour le tuer. Mais plus j'y réfléchissais, plus je me disais que le tueur pouvait être William. Après tout... Il en avait toutes les raisons. Peut être allait-il devancer le véritable tueur... Peut être le tueur, depuis le début, c'était lui. Après tout l'histoire est construit pour nous laisser nous imaginer la suite. A la fin, le lecteur lui-même est poignardé par la défaite de ne pas savoir si son enquête est juste.

Durant cette nuit, je m'étais arraché les cheveux, j'attendais qu'il rentre, je voulais le voir traverser le portail, je voulais voir du sang sur ses mains. Je voulais avoir raison. J'en avais marre d'être dans le doute. Un doute terrible. Un doute cruel.



Ce matin, William se présenta dans sa tenue impeccable, de larges cernes sous les yeux, le regard fatigué et le corps endoloris. Il était venu. Comme toujours. Comme tous les matins. Même mourant, il serait venu
.Lorsque nous quittâmes la demeure pour notre promenade du matin, je m'arrêtai dans les jardin pour m'assoir sur un des bancs. Il resta debout, muet, fixant les roses devant nous. Aucun n'osa lever la voix. Alors, après un instant qui me parut être une éternité, je brisai la torture.

- Tu la tuerais, pour moi ?

Il parut réfléchir un instant, mais son expression ne changea pas.

- Si tu me le demandai.
- Pour m'avoir rien que pour toi ?
- Pas si tu devrais en souffrir.
- Pourquoi ?

Ses yeux se portèrent vers le ciel et il soupira, ses mains dans les poches de son long manteau noir.

- Parce que je t'aime.

Le silence nous emporta de nouveau, plus longtemps cette fois, jusqu'à ce que le froid nous rappelle à l'ordre. Je me levai ; il ne bougea pas, puis je le pris dans mes bras, l'entourant de mon étreinte de fer, avant de lui murmurer à l'oreille :

- Si je dois partir, ce sera avec toi. Rien qu'avec toi. Car Amy a un destin. Un destin que je n'accepte pas et que changerai, mais si l'histoire doit se terminer sans moi, tu n'en fera plus partie.

... Et si ton destin est de la tuer, je ne l'aurais jamais su.

A l'époque je ne savais pas à quel point tout ça allait être vrai. Un soir, alors que j'étais avec William, près du feu, que je lui tenais la main, nous disparûmes. Quelque chose nous arracha de notre monde pour nous planter devant la réalité que j'avais oublié. Celle que Will ne connaissait pas et qu'il avait peur de découvrir.

William ne me quitta pas, jamais. Nous restâmes amant et l'histoire continua. Je l'aimais, plus fort que tous, mais j'avais besoin des autres. J'avais besoin de savoir qu'il était indestructible, que quelque soit la gravité de mes actes, je pourrais toujours m'appuyer sur lui.

Je savais que je devais me considérer comme veuf mais je me le refusais. Amy me manquait terriblement mais j'avais décidé d'accepter son destin comme je devais me plier au mien. Je confie le livre à William, et seul lui en connait la cachette... Peut être l'a t-il brûlé, peut être a t-il abattu Amy même d'ici, peut être ce livre est-il toujours sous notre oreiller commun.

Un jour où l'autre, une réalité, aussi petite soit-elle, nous rattrape tous."

- Hate Darling, extrait de fiche.

Will est tout un épisode de la vie de Hate, qui n'a pas encore pris fin, et qui n'en prendra sûrement pas. Il ne vient pas de ce monde, il est le personnage d'un livre, d'une histoire sombre, dans laquelle Hate a vécu de très nombreuses années, grâce à son don. Il a fait la rencontre de Will après celle de sa femme, et ils sont tous les deux tombés amoureux. Trompant l'un avec l'autre, seul Will était au courant.

La véritable histoire du livre, seul Hate la connaît, car il l'a lu et relu. Il sait que Amy, sa femme - rappelons que Hate n'a normalement rien avoir avec l'histoire, il s'y est introduit - est tuée à la fin du roman par le tueur de l'histoire. Ses soupçons, fondés, n'ont jamais cessé : il pense toujours que c'est Will le fameux tueur.

Dans tous les cas, Hate devait faire un choix. Il ne voulait plus bloquer l'histoire et voulait surtout changer d'air. Il avait le choix : soit il partait seul, soit il emmenait sa femme, soit Will. Emmener les deux était impossible. Il a fini par choisir William.

Ils se sont retrouvés tous les deux dans la réalité, perdus, incompris. L'un d'eux a réussi à s'intégrer, l'autre non : la vie de Will se résumait à Hate, et c'était tout. Trop amoureux et dépendant de son Amour, Will a supporté les trahisons et les infidélités de Hate, refoulant en lui toute sa colère et son désespoir, face à un Hate idiot, beaucoup trop idiot et égoïste.

Alors que la santé de Will se dégrade brutalement, Hate lui fait la promesse de lui rester fidèle et de prendre soin de lui. Mais malgré cela, Will semble perdre un peu de vie chaque jour un peu plus. Ce monde lui est néfaste et Hate assiste, impuissant, au meurtre de celui qui compte le plus à ses yeux : il cherche, pour l'instant vainement, un remède ou une solution avant qu'il ne soit trop tard.
✖ Me, Myself & I ✖


HATE DARLING ✖ amour
uc;



PETER HELLINGHTON ✖ doudou
uc;





On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Non ♥

images tumblr # code by shiya.



Dernière édition par Hate Darling le Sam 2 Mar - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neill Monroe
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : 4/3 *mais faible...*

Nombre de messages : 537
Age : 37
Date d'inscription : 10/04/2012



Feuille de personnage
Age du personnage: 34 ans.
Profession: Scientifique privé, Maître de conférences des universités.
Situation Sentimentale: Divorcé.

MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Sam 23 Fév - 18:37


AMANDA STRAUSS
31 ans ∞ NEW-YORK ∞ Nationalité Allemande ∞ Infirmière ∞ Célibataire ∞ Classe Moyenne ∞ Meghan Ory
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
Amanda a eu une enfance troublée. Et troublante. Un jour, elle se perdit sur le chemin de l'école et rencontra un homme étrange qui lui proposa de la ramener chez elle. Amanda était prudente... Elle refusa. C'était un homme charmant, il avait un beau sourire, sans nul doute était-il plein de bonnes intentions. Mais elle refusa. L'homme lui proposa alors de lui donner un cadeau : un pendentif qui lui permettrait de la retrouver le jour où elle serait prête à le revoir. Mandy attrapa le bijou de ses doigts de petite fille de sept ans, et elle s'en alla avec un merci timide.

Le soir même, le pendentif se mit à scintiller et l'homme apparut dans sa chambre. Elle n'était pas prête à le voir. Elle ne l'aurait jamais été. Mais depuis, tout a changé.

L'homme ne l'a pas touché. Il ne s'est même pas approché d'elle. Il a juste prononcé quelques mots qu'elle n'a pas compris, puis il a disparu.

L'année d'après, Amanda fut diagnostiquée officiellement schizophrène. Vu son refus catégorique pour le monde réel, on la plaça dans un centre approprié. Médicalement, Amanda vivait dans un monde qu'elle s'était créée dans sa tête, où elle s'inventait une seconde personnalité pour combler la solitude. Mais Amanda savait qu'elles étaient deux : deux dans sa tête, deux dans son corps. Et d'une compagnie comme ça, chacun en aurait rêvé. Elle était la meilleure amie qu'elle aurait pu s'inventer : elle lui redonnait confiance, elle lui disait qu'elles valaient toutes les deux bien mieux que tous ces médecins, et tous ces gens qui venaient. C'était sa meilleure amie, la meilleure part d'elle-même, et Amanda grandit avec elle. Une enfance qu'elle passa d'hôpital à hôpital, de médecin à médecin, de calmants à calmants. A onze ans, son père fit une tentative de suicide, suite a une dépression qu'il faisait par la faute de la maladie de sa fille. Cet événement sembla ramener la véritable Amanda à la réalité : elle accepta les traitements et accepta d'aller mieux. Sa meilleure amie prit cela comme une déclaration de guerre.

A quinze ans, alors qu'Amanda avait cru s'être débarrassé de son double, retour de la meilleure amie en colère. Cette fois-ci, plus puissante que jamais, comme si ces années de silence lui avaient offert la toute puissance. Elle jouait avec le corps d'Amanda comme avec un pantin, tellement qu'elle en devint dangereuse. Un jour, elle poignarda son père avec un couteau de cuisine, et manqua de le tuer.

On l'enferma dans un centre psychiatrique, ou sa maladie devint plus aigüe encore. Amanda, grâce à sa maturité précoce, comprit qu'on ne pouvait guérir cette maladie, car cela n'en était pas une : c'était une malédiction. Elle était un monstre. Et elle allait dévorer tous ceux qui traverseraient son chemin.

Mais après des années de lutte acharnée, de combat avec elle-même où elle dût battre ses propres ombres, Amanda prit le dessus sur son côté sombre, le brisa et l'enterra quelque part dans un coin de sa tête. Jugée apte à vivre de nouveau socialement, elle retrouva une vie plus ou moins normale à ses dix sept ans.

Elle reprit les études, et malgré un décalage, obtint son bac et entra en école d'infirmière. Elle comprit très vite qu'elle était douée d'une sensibilité incroyable pour comprendre les autres. Intérieurement, elle les comprenait et elle parvenait à les aider. Luttant chaque jour contre un côté bouillonnant et grondant sa vengeance, c'est une femme qui refuse de se laisser abattre et qui vit de la force des autres.

Récemment, Dark Amanda a refait surface. Elle prend possession de son corps lorsqu'Amanda est seule, le plus souvent lorsqu'elle se contemple dans le miroir. Parfois, elle se réveille le matin et des menaces, des inscriptions sont laissées sur les miroirs ou les vitres. Elle a également été retrouvé par son ami Neill, à moitié mourante, les veines des bras tranchées. Dark Amanda est rancunière, et elle a compris que le meilleur moyen de s'en prendre aux êtres chers, c'est de s'en prendre à soi-même.

" Une fois morte, c'est les autres qui souffrent. Souffrez. "
✖ Me, Myself & I ✖


NEILL MONROE ✖ moitié/meilleur ami
" Mandy. " c'est une voix de miel, un nuage de lait qui fond sous la langue. Neill ne dit jamais son prénom : il le chante, il le vit. Ce qui lie Mandy et Neill, ça dépasse les limites de l'amitié. C'est une relation fusionnelle, leur force est dépendante l'une de l'autre. Ils n'ont aucune attirance physique l'un pour l'autre, c'est une puissance émotionnelle et elle les dépasse. Ils ont cessé de vouloir la comprendre. Mandy et Neill ne se connaissent que depuis quelques mois : ils se sont rencontrés à l'hôpital, où Neill passe très souvent. Il est en très bon contact avec le personnel et les médecins, et vu sa popularité auprès des infirmières qui l'ont toutes adoptées, Mandy a bien fini par succomber elle aussi. Neill était effectivement l'homme le plus adorable de cette terre, il avait quelque chose de parfait qui donnait une saveur amer à Mandy. Celle du passée.

Oui, cette perfection, cette parfaite alchimie, cette image d'incontestable autre moi, elle l'avait ressentie pour son autre Amanda. Dès lors, Neill devint un danger potentiel. Et rapidement, elle découvrit à quel point elle avait raison.

C'est Dark Neill, le côté maudit de Neill qui s'en prit à elle en premier. Violemment et physiquement. Mandy en échappa de justesse. Mais Mandy sait reconnaître une âme désespérée. L'âme de Neill est désespérée.

Le secret délivré, Mandy se donna pour mission d'aider Neill. Si elle avait réussi à dompter plus ou moins son côté sombre, lui aussi pouvait le faire. Si on ne pouvait vaincre cette magie par une autre, il fallait trouver un autre moyen. Elle affronta Dark Neill, et son don lui permit de le comprendre. Il était certes incompréhensible, mais elle voyait toujours de l'espoir : il voulait changer. Il ne le pouvait juste pas.

En quelques mois, ils se rapprochèrent considérablement, elle et Neill. Avec elle, DN ne surgissait pas. Ne surgissait plus. Elle avait une sorte de force apaisante qui le repoussait, qui lui faisait peur. Mais c'était le contraire pour Amanda : plus elle passait de temps avec Neill, plus elle semblait perdre le contrôle sur elle-même. D'une certaine manière, à chaque pas, ils se compensaient.

Dorénavant inséparables, ils se sont déjà ouvertement posés la question, puisqu'ils se disent chaque pensée : est-ce qu'ils sont fait pour être ensemble ? Vraiment... Vraiment ensemble ? Ils se sont embrassés une fois, puis ils ont éclaté de rire comme deux gamins.

" Notre problème, a dit Mandy en riant, c'est qu'on est parfait l'un pour l'autre. "





On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Oui, avec un avatar modifiable, tant qu'on en discute ♥

images tumblr # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité



MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Ven 1 Mar - 14:30


JAMES JIMMY! SMITH
25 ans ∞ QUÉBEC ∞ Nationalité Anglaise ∞ Vit à ses dépens ∞ Célibataire ∞ Ancien membre de la Haute Société, aujourd'hui Poches Trouées voire Rebuts ∞ Jim Carrey
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
uc;


✖ Me, Myself & I ✖


PAUL SMITH ✖ frère
La relation entre Norman (ou plutôt Paul) et James est compliquée, pour la simple et bonne raison qu'ils n'en ont pas. Toute leur enfance, ils ont été sans cesse enlevé l'un à l'autre, Paul a été élevé dans l'ignorance de ses sentiments pour son frère, et ils ne sont jamais nés. Oh, oui, James partait SANS CESSE en colonie de vacances, il allait faire des stages, il partait dans des pays étrangers et il voyageait tout le temps aux quatre coins du monde, et leur père semblait tout à fait bénir cette situation. En attendant, Norman se tuait à la tâche chez les Smith. C'est parce que James n'avait des Smiths que le nom. Leur père a une fois dit à Norman : " Paul, il est ton frère et tu devras le protéger s'il te le demande. Mais seulement s'il te le demande. Il ne fait pas vraiment partie de la Famille. " Dès lors, James n'existait plus dans l'esprit de Norman. Il recevait parfois des cartes mais il ne les lisait pas, il ne souffrait jamais de l'absence de son frère car il en avait beaucoup d'autre chez les Smith. Il ne savait pas ce que c'était que d'avoir un frère, un vrai, sur lequel compter et il n'avait aucune envie de le découvrir. Longtemps, les seules fois où il ouvrait le courrier en provenance d'un pays étranger, signé "Jimmy", c'était pour vérifier si ce n'était pas des obsèques. Après, il a arrêté de les ouvrir. Il ne répondait pas. Pourtant, il lui arrive toujours de recevoir une carte d'Afrique ou de Russie. Il en reçoit toujours. James, lui, souffre de l'absence d'un frère. Il avait besoin de cet frère pour l'aider et le protéger, du grand frère pour le conseiller, mais il ne l'a pas eu et la seule personne à laquelle il en a voulu c'est leur père.




On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Oui ♥

images tumblr # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas


Hate Darling
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : verrouillé ❤

Nombre de messages : 565
Age : 52
Date d'inscription : 26/10/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: 263ans, et toutes mes dents ; 48 ans officiellement.
Profession: Star du grand écran.
Situation Sentimentale: Veuf prématuré ; en couple avec Will Evans.

MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Lun 19 Aoû - 11:33


SCENARIO WILL'S ASHES


WILSON THOMAS
41 ans ∞ ALLEMAGNE ∞ Nationalité Anglaise ∞ Médecin de guerre ∞ Divorcé ∞ Classe Moyenne ∞ magic people : (tueur du diable) Plus il tue, plus il peut vivre ∞ Martin Freeman
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
A première vue, Wilson serait un homme tout à fait ordinaire. Il n'est pas exceptionnellement séduisant, n'a pas les cheveux blond platine et ne se ballade pas avec une planche de surf sous le bras. De toute manière, Wilson ne sait pas surfer. Il ne fait pas dans l’extravagance, il vient comme il est. Mais pas à McDonald, car Wilson ne va pas à McDonald. Wilson n'aime pas les frites et Wilson n'aime pas payer. Wilson ne se nourrit que de thé et de sable. Et d'ailleurs, on n'a jamais vu Wilson. Personne ne le connaît chez nous. Il ne fait pas partie de ces gens qui sommes « nous ».

L'enfance de Wilson Thomas est aussi inconnue que l'est ce personnage énigmatique. Il raconte tant d'inventions sur sa vie qu'il est impossible d'y trouver une preuve d'une quelconque existence. Wilson apparaît pour la première fois en 1980 en Allemagne, ville d'origine où il entame des études de médecine. Par la suite, son nom n'apparaît plus que dans les registres de guerre ou hôpitaux. Il apparaît tout d'abord comme simple soldat, puis il fait une formation de pilote de chasse, mais ne parvient jamais à habiter les hauteurs. A partir de 1994, il est médecin de guerre puis interné quatre ans dans un centre psychiatrique. Il en ressort puis disparaît jusqu'en 2001, où il est le principal suspect d'une série de meurtres en Allemagne. Disculpé, il repart en Afghanistan jusqu'en 2006, après un séjour de six mois à l'hôpital, sans que les médecins aient pu poser de diagnostique sur ses maux. Sévèrement blessé de deux balles dans l'abdomen, Wilson semble avoir eu sa dose d'action et se marie l'année suivante.

En 2010, il divorce et repart à la guerre, rejoignant une société privée. Sur un moment de folie, il y assassine neuf camarades, de nuit, les égorgeant dans leur sommeil. Il est condamné et emprisonné.

En 2013, sur un ordre secret, il est libéré à l'unique condition de servir comme médecin de guerre en Syrie. Une fois son service terminé, il devrait être emprisonné à nouveau.

Il a un sévère dossier psychiatrique et est diagnostiqué inapte à la vie sociale. On le qualifie de « sauvage » et « d'indomptable ». Curieusement, il est exceptionnellement compétent sur le terrain, et ne présente que rarement de symptômes lors de ces périodes.

Il a la croix gammée tatouée sur sa paume, au bas de son pouce (malgré qu'il ne montre aucune attitude antisémite. Il cache également ce tatouage avec un gant la plupart du temps.) ainsi qu'un code barre dans la nuque. Des lacérations au niveau de la gorge et nombreuses cicatrices.

Il est excessivement actif sur le terrain, ce qui fait de lui un atout considérable, car il joue aussi bien le rôle de médecin que de tireur d'élite. Il semble ne jamais avoir besoin de repos, au contraire de ses moments hors du terrain, où il devient invivable et gravement dépressif.

Il est victime de la « fièvre du diable », maladie neurologique chronique, mortelle et incurable. Gravement inconnue et à l'origine mystérieuse, on suspecte qu'il s'agit d'un mauvais traitement expérimental, sûrement administré lors de ses excursions en Irak. La maladie se caractérise par des tâches, des ombres non identifiées sur le cerveau, qui provoquent deux phases alternatives : soit une période de développement cérébral particulièrement intense, où le sujet peut se trouver face à des capacités qui le dépassent (causée par la stimulation mystérieuse de certaines parties de l'organe), soit une période de verrou cérébral, ou le sujet est en phase à des périodes de dépressions très graves (le cerveau semble alors verrouillé et ne peut être réveillé que par électrochocs). La maladie est totalement inconnue et à ce jour, Thomas est le seul sujet diagnostiqué de cette maladie, appelée par les médecin « fièvre du diable », car elle déclenche de manière tout à fait aléatoire et imprévisible des attaques de violence où le sujet n'est guidé plus que par un instant meurtrier. Thomas s'étant porté volontaire au diagnostique, les médecins ont cherché à déterminé l'origine de cette maladie. Visiblement, il ne s'agit pas d'un virus bactériologique mais d'une maladie attrapée suite à un mauvais traitement, un mauvais mélange de fièvre entérique et « d'autre chose ». C'est cela qui aurait créé la malformation neurologique. Mais Wilson Thomas décida d'arrêter les examens, les recherches, en somme : arrêter d'être un cobaye, d'un jour à l'autre et de s'enfuir pour assoiffer ses rages de violence. Personne ne pu le retenir ou dévoiler son véritable état : cela aurait été un gâchis pour la médecine d'empêcher d'étudier le cas en pleine nature.
✖ Me, Myself & I ✖


HATE DARLING ✖ camarade de guerre
Hate et Wilson se sont connus bien avant leur excursion en Syrie (scénario Will's Ashes). A l'époque où Hate était encore très infidèle à Will Evans, lors de ses départs précipités à l'autre bout du monde. Il le rencontra à l'asile psychiatrique, où Hate fut attrapé également, suite à un caprice, pour, soit disant, "retrouver un vieil ami"... C'est Hate qui dévoila à Wilson qu'il n'était pas véritablement malade, mais ce qui causait ses tourments avait une cause magique.

Ils ont eu une aventure, sont même restés ensemble quelques temps, mais, rapidement, Hate a du rentrer à NY pour retrouver sa vie volage et Wilson retrouver la guerre. Cette séparation les laissa en froid, Wilson supportant mal l'idée d'être abandonné.

Pour son excursion en Syrie, Hate fit sortir Wilson de prison, grâce à ses contacts. Il lui a promis de le sortir définitivement de là en échange de son aide. La vie es faîte de compromis...


CHRIS OSBRON ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".


Isaac Hawkins ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".


ALROY FLANAGAN ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".


NOCTURNE AHMED ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".




On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Oui, si je ne me jette pas dessus avant ♥

images tumblr # code by shiya.



Dernière édition par Hate Darling le Lun 19 Aoû - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hate Darling
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : verrouillé ❤

Nombre de messages : 565
Age : 52
Date d'inscription : 26/10/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: 263ans, et toutes mes dents ; 48 ans officiellement.
Profession: Star du grand écran.
Situation Sentimentale: Veuf prématuré ; en couple avec Will Evans.

MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Lun 19 Aoû - 11:59


SCENARIO WILL'S ASHES


WILSON THOMAS
25 ans ∞ IRAK ∞ Nationalité Française ∞ Soldat ∞ Célibataire ∞ Poches trouées ∞ magic people : (altruiste) comprend instantanément n'importe qui ∞ Paul Wesley
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
Nocturne est le fils de Mohamed Ahmid, chef de la société privée de guerre. A sa naissance, Nocturne est envoyé en France pour étudier et mener une vie loin de la guerre. Il termine son éducation avec brio, est un élève appliqué et sensible. Il est interne et ne voit ses parents que les jours de congés.

Cependant, à ses 18ans, Nocturne décide de retrouver son père. Il découvre avec effroi qu'il est adepte de la religion musulmane et qu'il traite donc sa mère avec ce que Nocturne qualifie de mépris. Renié par son père, il se retrouve sans moyens de vivre et s'engage dans l'armée. Deux ans plus tard, on le diagnostique séropositif. A 24ans, il est pour la première fois envoyé sur le terrain et revient sévèrement blessé à la hanche, suite à un bombardement.

L'année suivante, il repart en Syrie et rejoint la société adverse à celle de son père, sans réel but. Son don lui a permit de comprendre la douleur du monde, et s'engager est pour lui un moyen de veiller sur la paix qui, il le croit, est en chacun. Il tente vainement de sauver le monde à lui tout seul, vit dans l'incompréhension et dans l'appréhension.

Un soir, au camp, il rencontre Hate Darling, qui lui demande son aide. Nocturne n'a d'autre choix que d'accepter, face au sincère désespoir de cet homme qui souhaite sauver l'être qui lui est le plus cher. Motivé par l'amour, Nocturne ce joint à l'expédition de ce conteur qu'il connaît déjà parfaitement, dès le premier regard.
✖ Me, Myself & I ✖


HATE DARLING ✖ camarade de guerre
La relation de Hate et de Nocturne est basée sur une dégoûtante manipulation. A la base, Hate n'avait d'autre plan que l'utiliser et le jeter comme une vieille chaussette. La sensibilité des autres n'a jamais été partagée par le conteur, et il n'avait en tête qu'une chose : que son plan soit merveilleux et qu'il réussisse. Pour cela, il avait besoin de quelqu'un déjà sur le terrain. Nocturne était parfait pour ce rôle ; l'idée d'aider quelqu'un ne pouvait pas être refusée.

Pourtant, Hate a fini par s'attacher à ce petit. Bientôt, il se mit à regretter de l'exposer ainsi au danger...


CHRIS OSBORN ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".


Isaac Hawkins ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".


ALROY FLANAGAN ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".


WILSON THOMAS ✖ camarade de guerre
Scénario "Will's Ashes".




On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Non ♥

images tumblr # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jeff Bond
Inventeur(euse) des contes
Disponibilité RP : 3/3 ♥

Nombre de messages : 1696
Age : 37
Date d'inscription : 28/10/2010



Feuille de personnage
Age du personnage: 35ans.
Profession: Avocat, meneur de Bond&Associés ; Criminel indépendant.
Situation Sentimentale: à ces dames ♥

MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Dim 29 Sep - 22:04

bientôt officiellement dans les PV Cool


ARSENIO "ARSENIC" DONIZETTI
27 ans ∞ ITALIE ∞ Nationalité Américaine ∞ animateur pour enfant et Maître à la maternelle ♥ ∞ Célibataire ∞ Rebuts de la société ∞ HYÈNE ∞ Andrew Scott.
« Let's play a game of Russian roulette
I'll load the gun, you place the bets
Tell me who will make it out alive »


✖ My Story ✖
Arsenio a une histoire pour le moins banale et ennuyeuse. Ou disons, c'est l'histoire qu'on a déjà tous entendu... Oui, banale. Celle qu'on donne pour justifier les actes de criminels. L'enfance. Arsenio naît dans une petite ville en Italie d'un couple trop jeune : une erreur. La mère souhaite garder l'enfant, le père non. Le père part ; la Maman reste. Mais la jeunesse, c'est difficile, et avec un enfant, c'est très difficile. Et certains sont faible. La mère d'Arsenio l'était, et à deux ans, l'enfant devient orphelin...

Les grilles de l'orphelinat, les yeux de chien battu, brillants de larmes : cela a été l'enfance d'Arsenio. Des parents qui passaient devant lui, derrière lui, grand sourire aux lèvres qui parlaient à l'enfant d'à côté, mais pas lui. Pourtant, il souriait tellement ! Mais Arsenio était un enfant perturbé. Il pleurait souvent et il se battait avec les autres enfants lorsqu'ils se moquaient de lui. Il ne comprenait pas tout ; il était un petit peu bête. Incompris.

Arsenio tente des études de droit mais cela ne le réussit pas. Il n'a pas l'esprit pour : il est rêveur, indiscipliné, enfantin. En réalité, il n'a jamais grandi et il est toujours le petit orphelin qui regardait à travers les barreaux de sa prison.

Sans diplôme, sans famille, il erre dans les rues d'Italie et, un soir, par accident, il commet un meurtre.

Ce premier meurtre en engendre un second ; cela lui semble si facile... Et c'est amusant ! Arsenio n'a pas d'hésitations et il ne voit pas ce qu'il y a vraiment de mal à tuer les autres. C'est un grand jeu pour lui, il pourrait bien perdre lui aussi...

Ainsi, il se fait surprendre par un type de la mafia bisounours. Ce dernier se décide à le prendre sous son aile, en solitaire qu'il est et lui inculquer quelques notions de survies.

Arsenio s'avère être particulièrement talentueux dans le maniement d'armes. Il apprend vite, est très endurant, court vite... En somme, il fait tout avec amour et naïveté. Cependant, il est maladroit, et finit par tuer un des gars de la bande.

Pour sauver son petit protégé, son mentor lui propose un aller simple pour New-York, où il lui offre un logement et la nationalité. Une nouvelle vie...

Arrivé à NY, Arsenio est plongé dans le milieu du crime et n'a d'autre choix que de mûrir et penser à devenir intelligent. Véritable araignée, il tisse sa toile sur les vies qu'il veut prendre : son jeu devient finalement énigme et il prend un malin plaisir à se satisfaire.

En parallèle, il satisfait sa part d'enfant en travaillant en tant qu'animateur et, finalement, décroche un poste de Maître d’école.

Il devient peu à peu particulièrement professionnel, voir maniaque. Ces qualités lui donnent une bonne réputation dans le milieu : bientôt, il devient une véritable star. On s'arrache Arsenic le poison, Arsenic le tueur, Arsenic et son bonheur. Personne ne sait comment il fait, mais il ne laisse jamais de traces, et, pire encore, personne ne semble le reconnaître ou pouvoir le capturer.

Cependant, alors qu'il va terminer un contrat à Istanbul, il commet sa première et grande erreur professionnel. Il est attrapé par les orientaux et accusé de meurtre.

Pour le sauver, ses contacts parviennent, tant bien que mal, à faire parvenir son cas jusqu'aux célèbres cabinets Bond&Associés. Suivant le cas de près, c'est finalement Jeff Bond, le directeur même, qui va se déplacer, accompagné de son assistant Lawrence Lockheart.

Affaire à suivre...
✖ Me, Myself & I ✖


JEFF BOND ✖ sauveur et Dieu
u.c;





EDDY STAPLETONE ✖ patron détesté et détestable
à venir.





PETER HELLINGHTON ✖ rival à dévorer
à venir.





SHANNON PIPS ✖ Maîtresse
à venir.





LAWRENCE LOCKHEART ✖ à éradiquer d'urgence
u.c;




On ne s'arrête pas en si bon chemin ✖ mes contraintes

Est-ce que j'accepte les liens avec mon PNJ ? ✖ Oui grand fou ♥
Est-ce que ce PNJ pourrait être incarné ? ✖ Owi owi :ping:

images tumblr # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: KATAII ▬ You don’t know my mind.   Aujourd'hui à 23:19

Revenir en haut Aller en bas
 

KATAII ▬ You don’t know my mind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Fiches des PNJ-