AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 BE STUPID - Cassandra.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Cassie A. Dawkins
Traqueur(euse) de contes
Disponibilité RP : Prise.

Nombre de messages : 317
Age : 20
Date d'inscription : 01/11/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: Dix-huit ans.
Profession: Serveuse au Hakuna Matata ; étudiante.
Situation Sentimentale: Célibataire depuis peu.

MessageSujet: BE STUPID - Cassandra.   Mer 2 Nov - 9:34


tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cassie A. Dawkins
Traqueur(euse) de contes
Disponibilité RP : Prise.

Nombre de messages : 317
Age : 20
Date d'inscription : 01/11/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: Dix-huit ans.
Profession: Serveuse au Hakuna Matata ; étudiante.
Situation Sentimentale: Célibataire depuis peu.

MessageSujet: Re: BE STUPID - Cassandra.   Dim 22 Jan - 11:19






I'm not dead just floating
Right between the ink of your tattoo
In the belly of the beast we turned into
I'm not scared just changing
Right beyond the cigarette and the devilish smile
You're my crack of sunlight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cassie A. Dawkins
Traqueur(euse) de contes
Disponibilité RP : Prise.

Nombre de messages : 317
Age : 20
Date d'inscription : 01/11/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: Dix-huit ans.
Profession: Serveuse au Hakuna Matata ; étudiante.
Situation Sentimentale: Célibataire depuis peu.

MessageSujet: Re: BE STUPID - Cassandra.   Mer 2 Mai - 15:13



Lorsque l’on meurt ou que l’on souffre d’une horrible perte nous traversons tous cinq étapes de la peine. On passe par le déni car la perte n’est pas envisageable, on ne peut imaginer que c’est réel. On s’énerve contre tout le monde, contre les survivants, contre nous-même. Puis on trouve un arrangement, on supplie, on implore, on offre tout ce qu’on a, on offre nos propres âmes en échange d’un jour de plus. Quand les négociations échouent la colère est difficile à contenir, on tombe dans la dépression, le désespoir, jusqu’à ce qu’on accepte finalement que l’on a tout tenté. On abandonne. On abandonne et on accepte. Le chagrin peut être une chose que l’on a en commun mais il est différent pour tout le monde. Il n’y a pas que la mort dont on fait le deuil, de la vie, d’une perte, d’un changement. Et on se demande pourquoi ça bloque autant parfois, pourquoi ça fait tant de mal mais la chose dont on doit se souvenir c’est que ça peut changer. C’est comme ça qu’on reste en vie, quand ça fait si mal, qu’on ne peut plus respirer, c’est comme ça qu’on survit. En se rappelant, qu’un jour, qu’en quelque sorte, vous ne le ressentirez plus de la même manière, ça ne fera plus aussi mal. Le chagrin vient à chacun en son temps, de sa propre manière. Alors le mieux que l’on puisse faire, le mieux que chacun puisse faire est de recourir à l’honnêteté. Le truc vraiment merdique, la pire partie du chagrin est que vous ne pouvez le contrôler. Le mieux que l’on puisse faire est d’essayer de laisser nos sentiments quand ils viennent. Et les laisser partir quand on peut. La pire chose c’est qu’à la minute où vous pensez l’avoir surmonté, ça recommence. Et toujours, à chaque fois, vous ne pouvez plus respirer. Le chagrin comporte cinq étapes. Elles nous semblent à tous différentes, mais il y en a toujours cinq : le déni, la colère, les négociations, la dépression, l’acceptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cassie A. Dawkins
Traqueur(euse) de contes
Disponibilité RP : Prise.

Nombre de messages : 317
Age : 20
Date d'inscription : 01/11/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: Dix-huit ans.
Profession: Serveuse au Hakuna Matata ; étudiante.
Situation Sentimentale: Célibataire depuis peu.

MessageSujet: Re: BE STUPID - Cassandra.   Dim 5 Aoû - 15:17


05 août 2012.


Je me noie. Je suis seule. J'ai peur. On m'enferme malgré moi dans une bulle que personne ne saurait percer et je n'arrive pas à remonter à la surface. Mon corps est mort, mon esprit est en train de lâcher à son tour. J'ai besoin d'aide et personne ne pourrait entendre mes cris. J'ai tellement peur.

Ryan, où es-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cassie A. Dawkins
Traqueur(euse) de contes
Disponibilité RP : Prise.

Nombre de messages : 317
Age : 20
Date d'inscription : 01/11/2011



Feuille de personnage
Age du personnage: Dix-huit ans.
Profession: Serveuse au Hakuna Matata ; étudiante.
Situation Sentimentale: Célibataire depuis peu.

MessageSujet: Re: BE STUPID - Cassandra.   Dim 5 Aoû - 15:21


Un homme à la mer !

Qu'importe! le navire ne s'arrête pas. Le vent souffle, ce sombre navire-là a une route qu'il est forcé de continuer. Il passe.

L'homme disparaît, puis reparaît, il plonge et remonte à la surface, il appelle, il tend les bras, on ne l'entend pas ; le navire, frissonnant sous l'ouragan, est tout à sa manœuvre, les matelots et les passagers ne voient même plus l'homme submergé ; sa misérable tête n'est qu'un point dans l'énormité des vagues.
Il jette des cris désespérés dans les profondeurs. Quel spectre que cette voile qui s'en va ! Il la regarde, il la regarde frénétiquement. Elle s'éloigne, elle blêmit, elle décroît. Il était là tout à l'heure, il était de l'équipage, il allait et venait sur le pont avec les autres, il avait sa part de respiration et de soleil, il était un vivant. Maintenant, que s'est-il donc passé ? Il a glissé, il est tombé, c'est fini.
Il est dans l'eau monstrueuse. Il n'a plus sous les pieds que de la fuite et de l'écroulement. Les flots déchirés et déchiquetés par le vent l'environnent hideusement, les roulis de l'abîme l'emportent, tous les haillons de l'eau s'agitent autour de sa tête, une populace de vagues crache sur lui, de confuses ouvertures le dévorent à demi ; chaque fois qu'il enfonce, il entrevoit des précipices pleins de nuit ; d'affreuses végétations inconnues le saisissent, lui nouent les pieds, le tirent à elles ; il sent qu'il devient abîme, il fait partie de l'écume, les flots se le jettent de l'un à l'autre, il boit l'amertume, l'océan lâche s'acharne à le noyer, l'énormité joue avec son agonie. Il semble que toute cette eau soit de la haine.
Il lutte pourtant, il essaie de se défendre, il essaie de se soutenir, il fait effort, il nage. Lui, cette pauvre force tout de suite épuisée, il combat l'inépuisable.
Où donc est le navire? Là-bas. À peine visible dans les pâles ténèbres de l'horizon.
Les rafales soufflent ; toutes les écumes l'accablent. Il lève les yeux et ne voit que les lividités des nuages. Il assiste, agonisant, à l'immense démence de la mer. Il est supplicié par cette folie. Il entend des bruits étrangers à l'homme qui semblent venir d'au-delà de la terre et d'on ne sait quel dehors effrayant.
Il y a des oiseaux dans les nuées, de même qu'il y a des anges au-dessus des détresses humaines, mais que peuvent-ils pour lui ? Cela vole, chante et plane, et lui, il râle.
Il se sent enseveli à la fois par ces deux infinis, l'océan et le ciel; l'un est une tombe, l'autre est un linceul.
La nuit descend, voilà des heures qu'il nage, ses forces sont à bout ; ce navire, cette chose lointaine où il y avait des hommes, s'est effacé ; il est seul dans le formidable gouffre crépusculaire, il enfonce, il se roidit, il se tord, il sent au-dessous de lui les vagues monstres de l'invisible ; il appelle.
Il n'y a plus d'hommes. Où est Dieu ?
Il appelle. Quelqu'un ! quelqu'un ! Il appelle toujours. Rien à l'horizon. Rien au ciel.

Il implore l'étendue, la vague, l'algue, l'écueil ; cela est sourd. Il supplie la tempête ; la tempête imperturbable n'obéit qu'à l'infini.
Autour de lui, l'obscurité, la brume, la solitude, le tumulte orageux et inconscient, le plissement indéfini des eaux farouches. En lui l'horreur et la fatigue. Sous lui la chute. Pas de point d'appui. Il songe aux aventures ténébreuses du cadavre dans l'ombre illimitée. Le froid sans fond le paralyse. Ses mains se crispent et se ferment, et prennent du néant. Vents, nuées, tourbillons, souilles, étoiles inutiles ! Que faire ? Le désespéré s'abandonne, qui est las prend le parti de mourir, il se laisse faire, il se laisse aller, il lâche prise, et le voilà qui roule à jamais dans les profondeurs lugubres de l'engloutissement.

Ô marche implacable des sociétés humaines ! Pertes d'hommes et d'âmes chemin faisant ! Océan où tombe tout ce que laisse tomber la loi ! Disparition sinistre du secours ! Ô mort morale !

La mer, c'est l'inexorable nuit sociale où la pénalité jette ses damnés. La mer, c'est l'immense misère.
L'âme, à vau-l'eau dans ce gouffre, peut devenir un cadavre. Qui la ressuscitera ?

Victor Hugo, L'Onde et l'Ombre, extrait des Misérables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BE STUPID - Cassandra.   Aujourd'hui à 17:02

Revenir en haut Aller en bas
 

BE STUPID - Cassandra.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Journaux Intimes-